La Vilerie décroche la palme du Mauvais Goût

La Vilerie - Mauvais GoûtSorti il y a quelques jours seulement, le nouvel album du beatmaker bayonnais La Vilerie (aka Gil Le Vil) réunit du beau monde autour des productions palpitantes et détraquées de son maître d’œuvre. Avec, entre autres, Evil Venom, Poochka, les Rôdeurs et nos chouchous Stick et Sad Vicious, Mauvais Goût réussit le pari toujours périlleux de se hisser au niveau de son titre mais également, dans ce qui constitue une véritable démonstration de force, expédie plus d’une bonne punchline sur deux tentatives (ce qui est en soi un prodige avec une fréquence d’un ou deux essais toutes les dix secondes).

Le titre Mauvais Goût, interprété par Stick, est à cet égard plutôt représentatif du festival de bons mots auquel on assiste. On ne prendra que quelques exemples pour ne pas choquer le chaland mais on vous aura prévenu : « un doigt dans ton cul parce que je cherche la merde// j’arrive déguisé en Hitler à ta bar-mizvah/Je veux un supplément ver de terre sur ma part d’pizza/ Je trempe la tétine de bébé dans la harissa/ Je me fais sucer par ta mamie sans dentier/ J’en avais marre d’finir avec la bite ensanglantée/j’ouvre un bureau de tabac devant le cancéropode/ J’coupe la clim’ de papy pendant la canicule/J’espère que Jul va écrire un bouquin….  » L’ensemble est spectaculaire, parfois émouvant mais globalement fier et transgressif. J’ai pas envie avec Zicocap est politique et combatif. Il faut évidemment avoir les oreilles bien accrochées mais la qualité des productions est un atout majeur de ce disque compil, puisque La Vilerie y déploie toute sa science des beats, des samples et autres extraits d’œuvres cinématographiques.

La diversité des chanteurs est aussi un véritable bonheur, comme si on s’amusait à faire une revue des talents du rap français. Entre un Bitiop ultralimpide qui nous fait penser à un Oxmo Puccino virtuose et ayant perdu du gras et un Sad Vicious souverain et au faîte de son mauvais esprit rocailleux, le disque ne donne pourtant pas le sentiment de  faire le grand écart. Mauvais Goût en est rempli mais brille surtout par son humour, son esprit de résistance et la liberté qu’il respire. Pour les amateurs avertis, le disque est dispo en CD et numérique et s’achète autant qu’il s’écoute.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Leonard Cohen / Thanks for The Dance
[Columbia Records]

Après l’album des adieux en 2016, You Want It Darker, voici l’album...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *