J’aime Foals ou comment se fâcher avec ses amis

Foals What went downOn voudrait se mettre à l’abri des commentaires très partisans des uns comme des autres, des plus pugnaces détracteurs aux plus fervents admirateurs, qu’on n’y parviendrait pas. Impossible de passer à côté de l’avalanche de réactions suscitée par la mise en ligne d’un extrait du prochain album de Foals et qu’on relaie à notre tour.

Pourquoi le groupe déclenche-t-il un tel courroux de la part de certains ? Parce qu’après avoir rallié tous les suffrages sur son premier album Antidotes (2008) puis trouvé le chemin de succès grâce à Total Live Forever (2010), ce qui aurait du être l’album de la consécration ultime, Holy Fire (2013), a beaucoup été décrié (et en partie à juste titre) pour ses morceaux body-buildés et criards… Mais comme souvent, les propos auraient gagné à être largement pondérés. Mais pas grand monde parmi les médias engoncés dans leur posture n’a pris la peine d’écouter en deuxième partie d’album les morceaux plus complexes et habités (Milk & Black Spiders aurait pu figurer sur Total Live Forever et d’ailleurs beaucoup s’y trompe lors d’une écoute à l’aveuglette).

Rarement un groupe a réussi à susciter un tel engouement et un tel dégoût dans un même élan. Et il y a fort à parier que What Went Down, qui paraîtra le 28 août chez Warner (bouhouhou le grand Capital !) et qu’il est déjà possible de pré-commander dans moult versions dont une édition deluxe (ah non, elle est déjà épuisée !) ne va pas fédérer, si tout est du même acabit que le single qui donne son nom à l’album.

What Went Down, le morceau, est en effet gorgé de testostérone et ne fait dans la demi-mesure en matière de grandiloquence. Le clip signé Niall O’Brien qui a du avoir « un peu » de moyens pour tourner la vidéo est au diapason. Mais c’est foutrement efficace et si on parvient à mettre de côté les a priori et les discours éculés des hipsters à la mémoire courte, il y a de quoi serrer les poings et sauter contre un mur. Au moins pendant cinq minutes. Et attendons de pouvoir écouter l’album dans son intégralité pour savoir si Foals est un groupe qui nous touche encore ou s’il est devenu une tête de gondole qui nous gonfle.

Tracklist
01. What Went Down
02. Mountain At My Gates
03. Birch Tree
04. Give It All
05. Albatross
06. Snake Oil
07. Night Swimmers
08. London Thunder
09. Lonely Hunter
10. A Knife In The Ocean
Lien
Mots-clés de cet article
, ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Girl In Red : notre jeunesse a-t-elle encore un (bel) avenir ?

Un vieil adage, ou plus exactement pour les érudits une citation de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *