La réédition de l’intégrale de Klaus Nomi annoncée

Coffret Klaus NomiOn se demande bien qui de nos jours, parmi les jeunes générations, pourrait gagner à découvrir Klaus Nomi. L’oeuvre semblait déjà atypique, hors du temps, invraisemblable presque dans son mélange de synth pop et de baroque finissant au tout début des années 80. Elle n’en est que plus fascinante 40 ans plus tard, unique en son genre, et tenue toute entière sur la voix incroyable et fascinante de cet Allemand né en 1944 et qui allait inventer l’un des personnages les plus excentriques et dingues de l’Histoire de la pop, à égalité peut-être avec le Ziggy Stardust de Bowie (1972 et le plus anecdotique Jobriath (1969).

Legacy Recordings célèbre les 40 ans de la mort du chanteur, Klaus Sperber de son vrai nom, pour rééditer l’intégralité de ses disques. Cela démarrera par son album éponyme sur lequel figure The Twist, Nomi Song et surtout son hit Cold Song, que l’on peut redécouvrir accompagné d’un clip assez incroyable composé d’images d’un vieux film signé Frank Verpillat et mettant notamment en scène Michael Lonsdale. Ce moyen métrage, tourné en format vidéo, sublime l’enregistrement de cette chanson démente empruntée à Henry Purcell et au poète anglais du XVIIe siècle John Dryden. Cold Song est le premier grand morceau classique que recycle le chanteur allemand qui rencontrera toujours un succès plus important avec ces titres qu’avec ses morceaux plus strictement pop ou new wave. Klaus Nomi se fait remarquer tout autant pour sa voix (qui glisse du baryton basse au contreténor de façon spectaculaire) que par ses looks d’extraterrestre ou son fameux costume triangle.

Le deuxième album, Simple Man, peut être considéré comme son chef d’oeuvre avec la reprise de Falling In Love Again, Wayward Sisters (autre emprunt au répertoire de Purcell), Simple Man ou encore et surtout l’indépassable Death (toujours Purcell, Dido and Aeneas). La campagne de réédition comprendra outre ses deux seuls albums, Encore..., la compilation sortie quelques mois après sa mort du Sida en 1983, ainsi qu’un live, à la couverture assez hideuse, mais dont on a pas encore le détail. Le programme prévoit également la sortie en septembre 2023 d’un cinquième disque avec des remixes. Un bel ensemble donc, assorti de tee-shirts et autres goodies dont on peut découvrir les contours sur le site du chanteur défunt.

Se confronter à cette œuvre atypique, grandiloquente, datée et essentiellement morbide procure aujourd’hui comme hier un vrai frisson. Sortie prévue en juin.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Réalité alternative : PIL chante Hawaï pour… l’Irlande à… l’Eurovision
Il faudra attendre une confirmation de cette information, pourtant très officielle, pour...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *