L A N E, état des lieux après liquidation

L A N E, état des lieux après liquidationAinsi va la vie des groupes de rock. Si on sentait dans les disques de L A N E l’expression irrépressible d’une urgence vitale, on imaginait bien la réunion des fratries Sourice et Belin durer un bon paquet d’années, d’albums et de tournées. Las, c’est par un simple communiqué sur les réseaux en décembre 2021 que le groupe annonçait, à son image sans fioritures, sa séparation pour des raisons qui lui étaient propre et sur lesquelles ses membres n’entendaient pas s’appesantir. Alors même si une curiosité bien humaine nous aurait volontiers conduit à googliser tout cela, aucune raison ici non plus d’aller scruter la toile à la recherche de croustillants potins punk-rock, pas plus que d’échafauder mille hypothèses plus ou moins bancales. L A N E a vécu, vite et bien ; c’est tout ce qui compte et au regard de la trace laissée derrière le groupe, plutôt que de verser sa petite larme, on peut aussi se contenter de se rémémorer de beaux concerts énergiques et une poignée de disques qui finiront par trouver leur place dans l’histoire du rock d’ici d’autant que, chose peu commune, le groupe a décidé de nous offrir un faire-part de dissolution.

Where Things Were, Last Sessions 11/21 est donc, comme son nom ne pouvait pas l’indiquer plus explicitement, le dernier enregistrement du groupe préfigurant un troisième album qui, d’une façon ou d’une autre, sort ce 30 juin sur Twenty Something. Si sur la forme cela y ressemble fortement (10 titres et une pré-production soignée, largement à la hauteur de Teaching Not To Pray et A Shiny Day, les deux premiers disques du groupe), difficile sur le fond de dire à quelle étape du processus entre démo et version finale se situent ces morceaux ou si le tracklisting du successeur de Pictures Of A Century aurait bien été au final exactement celui-ci. Peu importe en réalité que Where Things Were ne soit qu’un point d’étape et que ces chansons n’aient jamais passé la ligne d’arrivée : on s’installe une dernière fois avec grand plaisir dans la voiture-balais.

Bien entendu, on comprend de suite qu’on a ici à faire à des versions brutes sur lesquelles les arrangements se limitent au strict minimum. De même, difficile de savoir si les instrumentaux ont été conçus comme tels ou si le temps de l’écriture des textes a manqué, le groupe préférant rendre ici un travail figé un mois avant sa séparation (Charlie Brown). Ceci étant, l’inquiétant et électrique Tchernobyl n’a pas besoin de textes pour exprimer les variations d’atmosphères et de tension qui le parcourent du début à la fin. La session montre un L A N E qui, dans le sillage de son second album, explore des directions sensiblement différentes, nous gratifiant de purs hits à sa façon (les parfaits Sunday Night et Vermilion aussi puissants qu’ils sont mélodiques et fredonnables), d’une poignée de chansons pas encore toutes bien dégrossies (Blue Mountains, Painted White) et tentant quelques approches auxquelles le groupe ne nous avait pas forcément habitué sur un Shame particulièrement heavy ou un Elliott Bay ambitieux et mélodieux. La batterie est particulièrement lourde et sourde, cognant parfois plus que de raison et les guitares se déchainent dans un flot de noise assourdissant à l’exception, notable, du final Deadly Kiss plus que symbolique, incroyablement doux et apaisé sur lequel les guitares divaguent de façon mélancolique, comme un évident adieu.

Plutôt au-revoir individuellement d’ailleurs, puisque le plus jeune de la bande, Félix Sourice, ne cesse de rebondir ici et là (technique, régie…) et en particulier avec son nouveau groupe, Fragile, qui vient de sortir ….About Going Home, son premier mini LP, toujours chez Twenty Something. Nul doute que les darons aussi à leur tour reviendront un jour ou l’autre et tenteront de nous faire oublier ce projet trop vite achevé.

Tracklist
01. Nice Shot
02. Sunday Night
03. Vermilion
04. Blue Montains
05. Tchernobyl
06. Shame
07. Charlie Brown
08. Painted White
09. Elliott Bay
10. Deadly Kiss
Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, ,
Ecrit par
More from Olivier
Affronter le canicule (3) en allant à la piscine avec Cool Sounds
Derrière les excellents Rolling Blackouts Coastal Fever devenus à la faveur de...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *