Pale Waves / Unwanted
[Dirty Hit]

7 Note de l'auteur
7

Pale Waves - UnwantedQu’est-ce qui se passe dans la tête des filles ? A cette interrogation existentielle, les jeunes pousses de Pale Waves répondent la plus belle des manières, par l’électricité et un retour jouissif aux ambiances pop punk des années 90. Leur troisième album, Unwanted, est une aberration explosive, pétillante et régressive qui nous fait hésiter entre la répulsion devant tant d’aplomb, de caractère et de tics (les chœurs tonitruants, les effets de voix hurlants) et la tendresse nostalgique pour ces années où les filles envoyaient un mélange de décibels, de désirs et de bons et mauvais sentiments dans la tronche des adolescents que nous étions.

Unwanted fera fuir les amateurs de subtilité mais devrait plaire aux défenseurs de Placebo, aux amateurs de rock (gentiment) gothique, de Liz Phair et PJ Harvey. Ils constituent pour ces deux dernières une sorte de version dégradée, updatée et mainstream tout à fait acceptable, mêlant l’exploration de sentiments générationnels comme l’amour, le désespoir, le rapport à la trahison (amoureuse), à la déception et au désir, à une énergie mélodique et vocale assez époustouflante. Lies, le titre d’ouverture, est un excellent exemple de ce savoir-faire : c’est le morceau qu’on imagine toutes les ados mancuniennes composer dans un instant de désoeuvrement. Et si on montait un groupe ? Et si on jouait dans le garage ? Sauf que Heather Baron-Gracie, la chanteuse, et ses comparses font ça bien mieux que tous leurs copains et copines. Ecoutez Unwanted et vous retrouvez intact ce sentiment qui a traversé les générations d’être rejeté(e), malaimé(e), en marge du groupe. C’est l’ADN du rock outsider qui s’exprime, un précipité de frustration qui s’échappe du tube à essai et emprunte à la perfection les guitares et les percussions des aînées. Elastica ou The Raincoats ? C’est vous qui voyez.

Sur The Hard Way, Baron-Gracie joue la carte de l’émotion à la Indochine pour évoquer le suicide d’un camarade de classe victime de harcèlement. Voilà les thèmes qu’il nous faut. La mort d’un ami. Et ça fonctionne au poil, tandis que le morceau balance de l’émotion au ralenti vers une ruade qui déchire sa race comme un vieux machin de Kyo ou de My Chemical Romance. On ne va pas sur-vendre le produit : Unwanted agace au moins autant qu’il intéresse. Jealousy démarre comme le single FM le plus excitant de la planète avant d’être englouti dans un océan de banalité électrique. Mais une jolie fille au khôl qui lance de tels lalalala avec autant de conviction et d’allure ne peut pas être négligée. On se reprend à espérer et à chanter en choeur.

Pale Waves nous vend l’invendable et nous rappelle souvent notre âge, embrassant la cause de l’ambiguïté sexuelle, des LGBT+ et des amours naissants. On reçoit la naïveté de Without You en plein coeur : il y a une telle pureté, une telle immédiateté dans l’intention amoureuse ici, qu’on se retrouve prêt à sortir le briquet et à tenir la chandelle.

It is such a tragedy
All I have is these memories
To get me through the night
After all is said and done
I fought my best, but never won
And my world changed to black and white
Feels like a piece of me is missing
But I’ve tried absolutely everything
And I don’t know how I’m supposed to act

On en est toujours là. Elle et lui. La joie et la peine. Pale Waves nous renvoie (mal)adroitement aux émotions primitives qui font la nature du monde. Le texte brasse des images de bougies qui vacillent, de tempête qui se déchaîne et de saisons qui passent de l’été à l’hiver. C’est bas de gamme si l’on s’arrête à ça mais cela n’a JAMAIS été la question. Only Problem nous fait fondre et nous excite. « Baby you’re the only problem i cant figure out. » Qui dit mieux ? You’re So Vain est hargneux, badass et moderne comme un rap dégueu. C’est lourd comme le plomb et méchant comme un petit coup frappé dans les boules. Mais qu’est-ce que c’est bon et précieux d’entendre cela énoncé exactement comme cela doit l’être.

You’re so vain, yeah
I’m in pain
When you open up your narcissistic mouth
All you do is let me down
‘Cause you’re so vain, yeah

On donnerait l’intégrale de Johnny Thunders pour entendre un tel « yeah » à nouveau. Numb nous en remontre aussi avec sa façon de faire le malin en mode acoustique. Il ne faut pas prendre la jeunesse pour une conne…. Pale Waves fait son truc et le fait bien, s’exprimant avec une justesse dans la livraison qui invite au respect et à l’attention. On peut rire un peu du côté « déjà entendu » et de la fraîcheur du machin mais aussi se prendre en pleine face cette tornade vivifiante et qui a tous les chances de nous survivre. So Sick (of Missing You) est une chanson parfaite pour rentrer au collège, draguer des filles et jouer au football. C’est une chanson parfaite pour se balader avec élégance, remuer ses cheveux comme un gland et sourire en ahuri. On peut écouter de la musique pour des tas de raisons mais on ne doit jamais oublier que ces émotions là sont les meilleures et celles qui sont à la base de tout.

Tracklist
01. Lies
02. Unwanted
03. The Hard Way
04. Jealousy
05. Alone
06. Clean
07. Without You
08. Only Problem
09. You’re So Vain
10. Reasons to Live
11. Numb
12. Act My Age
13. So Sick (of Missing You)
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Clip du mois : Jeff The Brotherhood fait danser le Yéti
C’est le clip du mois, le plus revigorant et le plus cool,...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.