Madeleine de la semaine : R.E.M 2024 joue Losing My Religion à sa propre gloire

REM 2024

On se doutait bien qu’on avait oublié au moins UNE chanson et UN groupe dans notre série des chansons culte. Mais c’est bien sûr. Il aura suffi qu’on retombe il y a quelques minutes sur cette « reformation » exceptionnelle de R.E.M, version 2024, pour qu’on se souvienne de l’époque bénie où on écoutait Losing My Religion. 1991. L’été éternel. Quand certains s’éclataient sur le circuit des raves, d’autres se pressaient les uns contre les autres en slowant sur Losing My Religion. Il y en avait d’autres qui trouvaient ça gnangnan mais tout le monde savait que cette chanson frisait la perfection. Le texte était immense :

Oh life is bigger
It’s bigger than you
And you are not me
The lengths that I will go to
The distance in your eyes
Oh no I’ve said too much
I set it up
That’s me in the corner
That’s me in the spot-light
Losing my religion
Trying to keep up with you
And I don’t know if I can do it
Oh no I’ve said too much
I haven’t said enough

C’était juste ce qu’on ressentait pour toutes les filles et les garçons dont on tombait amoureux. Juste l’expression exacte du coeur transporté, transposée dans un format pop, le sentiment de courage infini et en même temps d’être scotché sur place, transfiguré et consumé en pied.

Pour la première fois en quinze ans, et alors qu’ils étaient réunis pour accompagner leur entrée au Songwriters Hall of Fame de New York, tous les membres de REM, c’est-à-dire Michael Stipe, Peter Buck, Bill Berry et Mike Mills, ont joué une chanson unique, joué ensemble pendant une durée infinie et infinitésimale de 4 minutes, joué Losing My Religion. C’est la madeleine de la semaine, celle qui nous ramène quelque part dans un coin adolescent, à regarder les gens qui s’aiment, à regarder les amoureux danser.

L’interview de REM

Crédit photo : capture d’écran de la captation ci-dessus

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, ,
More from Benjamin Berton
Ride lave plus blanc sur Repetition
A quelques jours maintenant de leur deuxième (nouvel) album, This Is Not...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *