New Cautionary Tales : faut-il acheter le coffret des singles de Pavement ?

Pavement - New Cautionary Tales: Jukebox Classiques

On aurait du mal à ne pas tout à fait recommander l’achat d’un coffret (sûrement assez cool) nommé New Cautionary Tales: Jukebox Classiques et qui commence par You’re Killing Me, Box Elder et Maybe Maybe, qui sont trois des chansons de Pavement qu’on préfère. D’autant plus de mal que sur les 56 chansons qui figurent sur ces 18 singles réassemblés, il y en a bien une cinquantaine qu’on trouve excellentes (on veut bien abandonner Kneeling Bus à la rigueur, mais c’est à peu près la seule). Le hic, c’est évidemment qu’aimer Pavement au point de vouloir acheter le coffret qui réunit leurs singles en 18 disques vinyles et un livret de 24 pages… signifie sans doute que vous êtes suffisamment fans du groupe pour : 1/ connaître absolument TOUS les morceaux que vous allez retrouver ici 2/ probablement posséder chacun de ces disques dans leur version d’origine. Il vous manquera peut-être Black Out et Extradition qui étaient offertes uniquement avec les précommandes de l’édition deluxe de Wowee Zowee en 2006.

Si tel est votre cas, et à moins que vous ne soyez juste un collectionneur transi, un type richissime, ou un si grand fan que vous voudriez protéger votre trésor des origines, on ne voit pas trop quoi objecter à l’argument qui voudrait qu’il n’y ait AUCUN SENS A RACHETER des disques dans le vide. C’est un acte anti-écologique, un acte financièrement stupide et un acte qui ne vous procurera évidemment aucune satisfaction musicale. Avec un peu de bol, vous pourrez vous dire que c’est enfin l’occasion de vous procurer le EP Slay Tracks de 1989 qui est aujourd’hui assez cher sur Discogs et que la possession de l’objet… peut vous procurer un plaisir nouveau. Votre affaire.

On ne voudrait pas casser la baraque de Matador et de Pavement, qui a toujours des frais, mais on a beau considérer qu’il y a sur ce coffret parmi les meilleurs meilleurs meilleurs morceaux du meilleur groupe de l’année 1992 (et on dit 1992 exprès) – et on ne parle pas des faces A mais bien des faces B et des faces C qui sont des pépites – il nous faut bien jouer notre rôle de conseil et dire : n’y allez pas. Le coffret est de surcroît déjà disponible en version digitale et sur Deezer, ce qui veut dire, que si vous êtes déjà abonné à l’une ou l’autre des plateformes, vous aurez toutes les chances de l’avoir déjà écouté dans cet ordre 15 fois avant de le recevoir.

Mais bon… comme on ne vous a pas convaincus (il faut dire que Haunt You Down, oh Haunt You Down, il faut dire que Unseen Power of The Picket Fence, que I Love Perth….), on ne peut que vous renvoyer vers le site de Matador qui prend les pré-commandes. Le groupe et le label précisent que seules les pré-commandes seront prises en compte. Il n’y en aura pas un mis en vente au delà de celles-là. Le prix est… accueillant. La modique somme de 148,73 dollars. C’est pas donné en plus. Que voulez-vous ?

On préférerait que vous alliez dépenser la même somme sur des nouveautés sur Bandcamp ou ailleurs. Pas vous ?

I’ve been to Christmas in France
I don’t wanna have no pants
I’ve had Christmas in France
Where they don’t wear any pants
I’ve had Christmas in Detroit
How do you think that feels?
I’ve been married in Cincinnati too
Hold Off

Sans culottes, sans pantalon. Dieu merci, j’ai un joint à la bouche.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , , ,
More from Benjamin Berton
La tête en l’air avec Jaromil Sabor
Pop en diable : lorsque l’été revient, difficile de résister à ces...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *