On en sait plus sur le nouveau Frustration

Frustration - So cold streamsL’aventure du nouveau Frustration a démarré par la mise en ligne il y a quelques jours d’une splendide peinture du peintre néo-réaliste Baldoillustrateur officiel du groupe depuis l’origine. La scène assez fascinante, représente (quelque part dans le monde communiste, en Chine peut-être) le goudronnage d’une route par une machine de voirie au milieu de champs de blé. Le ciel est gris et la frustration est d’or. Le titre de l’album, So Cold Streams, n’apparaît pas sur la pochette, soulignant cette idée d’un nouveau départ, d’un nouvel horizon, d’un album presque éponyme par lequel le groupe se réinvente.

A cette pochette, a succédé assez vite la mise en vente du disque, en vinyle et CD, sur le Bandcamp du groupe. L’album est annoncé pour le 18 octobre, accompagné de sa tracklist qu’on reproduit ci-dessous et par un long texte qui présente les enjeux de ce nouveau disque. Neuf titres aux connotations révolutionnaires et qui composent un album annoncé comme radical, extrême et violent, inspirés au groupe par une remise en cause profonde de leurs « acquis ». Frustration aurait pu se contenter de décliner sa formule patrimoniale (ceux que d’aucuns lui avaient reproché à tort sur Empires of Shame) mais secoués par la réalité, sociale, politique, économique probablement mais aussi par des rencontres artistiques telles que celle, déterminante, avec les membres de Sleaford Mods et Jason Williamson, le chanteur et parolier, en particulier, ont préféré rebattre les cartes de leur musique et se réemparer de leur liberté créatrice. Révolution de palais donc, et éruption de colère volcanique semblent au programme, laissant présager d’un véritable déluge de mots, de sons et de rage mêlés.

S’il est de bon ton dans ces accroches « marketing » de vendre le changement le plus profond possible, on ne doute pas que Fabrice Gilbert et les siens n’emploient pas ces mots, ce ton et ces termes au hasard. La sobriété de l’approche, sa sincérité frontale ne font que renforcer notre attente et notre envie d’être rincés par ces So Cold Stream qui viendront avec l’automne. Histoire d’attendre un peu, on réécoutera les premiers frissons musicaux émis par la friction des franciliens et des punks de Sleaford Mods, il y a trois ans de cela à la Villette.

Tracklist
01. Insane
02. Pulse
03. Slave Markets (feat Jason Williamson)
04. When Does A Banknote Start to Burn
05. Brume
06. Some Friends
07. Lil’ White Sister
08. Pepper Spray
09. Le Grand Soir
Lien
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, ,
More from Benjamin Berton
Jim Bob / Pop Up
[Cherry Red Records]
Il n’y a pas mieux que le rock anglais pour faire du...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.