Cannibale : le diable dans le maillot de bain

CannibaleCe n’est pas si fréquent mais on devait avoir les oreilles un peu bouchées ou les chevilles gelées par le froid de janvier pour avoir écrit à la sortie de l’excellent album de Cannibale de ce nouveau single Diabolic Prank : « Diabolic Prank est remarquablement jammé sur son milieu, poisseux et moite à souhait mais s’éloigne un peu trop de nos repères habituels pour qu’on ait envie de le réécouter. » Quelle connerie ! Six mois plus tard et avec vingt degrés en plus au thermomètre (et une petite centaine d’écoutes), Diabolic Prank est redevenu ce qu’il n’a probablement jamais cessé d’être : une petite bombinette incendiaire, dansante et impeccable pour accompagner n’importe quelle danse de Saint Guy.

C’était sans doute notre erreur : inhibés par l’hiver, on n’avait pas vu le potentiel érotique de ce titre, son côté hypnotique irrésistible et sa dynamique pernicieuse. A une autre époque, on aurait foutu les auteurs d’un tel morceau en taule, tant le clavier/orgue très Inspiral Carpets disco post-Madchester est taillé pour rendre dingo celui qui l’entend et pour exciter les sens. On en a brûlé pour moins que ça et on raconte que du côté de l’Aigle de jeunes vierges se sont fait abuser à la tombée de la nuit par des faunes entonnant la ritournelle.  Diabolic Prank (Prank signifie farce dans la langue anciennement connue sous le nom d’anglais) est musicalement subversif, libérant le James Brown et le Dominique Strauss Kahn qui sont en nous. C’est un morceau de retournement des valeurs, de fiesta régressive et d’oubli de soi, un morceau qu’on n’oublie pas mais qui fait perdre la mémoire. Une bonne occasion de remettre une oreille sur No Mercy For Love, l’album du groupe sorti en début d’année et qui finalement vieillit bien mieux qu’on ne l’aurait cru. Gageons qu’avec encore quelques mois devant nous, on en fera une des belles affaires de l’année. En cette saison, en tout cas, on a envie de chair fraîche, de fièvre et de volupté.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

David Dufresne / On ne vit qu’une heure, virée avec Jacques Brel
[Editions du Seuil]

Le livre de David Dufresne, On ne vit qu’une heure, n’est pas...
Lire la suite

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *