Portier Dean / Ancient Majesty
[Microcultures]

7 Note de l'auteur
7

Portier Dean - Ancient MajestyParmi les récompenses figurant en appui de la campagne de financement participatif de cet album (Microcultures), les membres de Portier Dean proposaient de réviser votre vélo ou d’animer chez vous une soirée crêpes. C’est dire le degré d’abnégation (et d’humour) dont il faut faire preuve désormais pour convaincre les gens de l’intérêt de votre musique. La collecte n’est pas allée au bout mais Ancient Majesty est né quand même et ç’eut été malheureux d’en être privé pour une bolée de cidre ou un déraillement de plateau.

Les Caennais signent avec Ancient Majesty un premier album à rebours de la tradition française qui veut que la pop du pays ne s’exprime que sur un format électro-pop de poche ou en mode économie de moyens. Ancient Majesty a l’ambition que lui prête son nom : c’est un album ample, brillamment arrangé et qui est à la hauteur des quelques quatre ou cinq années qu’il aura fallu au groupe pour passer du format ep au grand bain. Le groupe organisé autour de Gildas Lemardelé et Gwendal Demeslay était à l’époque plus rock et plus folk et aussi un peu moins bon. Leur musique a évolué au gré des rencontres et des prises d’influences. On retrouve chez Portier Dean pas mal de Here We Go Magic et de Public Service Broadcasting pour le perfectionnisme, le sens du détail et l’envie de repousser les limites d’une pop généralement tournée vers le divertissement. La chose n’est évidemment pas nouvelle mais pas si fréquente dans l’Hexagone. Les Ornais de Cannibale, dans un mouvement équivalent, ont su passer de l’indie rock au garage exotique avec une habileté similaire. Les Portier Dean ont eux choisi de glisser vers une sorte de dream pop un brin psychédélique qui leur va bien au teint. Ancient Majesty démarre par une installation sophistiquée et quelque peu pompière qui fait penser au Mercury Rev par la profondeur du son et l’emmêlement des différentes couches. The Pool n’est pas notre morceau préféré mais on apprécie la texture et la qualité du montage. Le projet donne sa pleine mesure assez vite avec l’élégant Pythia et sa seconde moitié en forme de démonstration de force. Entre les claviers, les sonorités électro et les cliquetis qui tombent de partout, le morceau met autant en évidence la composition elle-même que les qualités d’arrangeurs d’Adrien Leprêtre qui officie en coulisses. Mais si la production est marquante, Portier Dean n’oublie jamais les mélodies et les chansons. Waiting For Alex est une balade assez sublime. Le chant est solide, touchant et puissant à la fois, servi par des mises en son emphatiques qui tissent en quelques secondes une ambiance dramatique voire épique plutôt fascinante.

The Sound of Your Tears sonne comme un morceau de folk psychédélique anglais des années 70 revisité tandis que A Carol joue à l’ancienne sur les harmonies vocales. Il y a un savoir-faire à l’œuvre ici et une volonté de magnifier ce qui est joué qui permet aux compositions de dépasser leurs promesses.  Cela ne marche pas à tous les coups : Colourful Bugs est un morceau joueur à l’américaine qu’on trouve faiblard, et Grazalena une composition jazzy qui s’éparpille, fait le grand écart mais ne mérite pas ses six minutes. On préfère le groupe en format cathédrale et resserré malgré tout, c’est-à-dire lorsque l’ambition est plus ramassée et contenue dans un format restreint et résolument pop. La magie opère sur Emma. Le final A Fool a, dans le genre, lui aussi tout ce qu’il faut : c’est un morceau qui démarre et finit au piano/voix, simple et touchant de concision, soit une belle leçon d’efficacité.

Il faudra voir comment l’album tient la distance et le recul mais Ancient Majesty est un disque qui se hisse pour l’heure à la hauteur de son nom. Il dégage une classe folle en même temps qu’il paraît appartenir à un ancien monde d’artisans maniaques et d’arrangeurs fous qui a en partie disparu. Album d’ingénieur du son et de mélodistes mélomanes, Ancient Majesty n’en reste pas moins une merveille et un enchantement pour les oreilles.

Tracklist
01. Intro
02. The Pool
03. Pythia
04. Waiting For Alex
05. The Sound of Your Tears
06. A Carol
07. Emma
08. Colourful Bugs
09. Grazalena
10. A Fool
Liens
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Daisy Mortem planque l’arête sous le carnage

De retour en France le 14 novembre à Montpellier, pour un tour...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *