[Rap dans le Rétro #2] – Double Barrel de Marco Polo & Torae : Détentes Multiples

Double Barrel de Marco Polo & ToraeAprès une première œillade qui a nous fait faire étape dans le Minnesota, un arrêt dans le berceau de la culture hip-hop pour un Double Barrel proposé par Marco Polo (Marco Bruno) et Torae (Torae Carr) va radicalement changer l’aperçu qui se reflète dans le rétro.

DJ Premier (moitié du duo Gangstarr) fait office de maître d’hôtel pour nous accueillir dans le hall des quatorze titres propulsés par la paire d’as Marco / Torae. Une minute est passée, l’introduction touche à sa fin quand soudainement une détonation survient du barillet double nous plongeant dans un monde rude, sans fioritures et bien crasseux. Pas de doute, nous avons à faire à du Boom Bap Shit comme Primo l’a annoncé. Comment voulez-vous qu’il en soit autrement quand Torae rappeur new-yorkais pure souche s’associe à Marco Polo le plus new-yorkais des beatmakers canadiens ?  Cette collaboration débouche sur un son rugueux qui transpire par l’ensemble de tous ses pores les rues de la Big Apple. Torae vient enfoncer le clou avec un hip hop is not deceased, in fact the real shit creepin back, assertion qui fait référence au bon ton de la première décennie 2000 qui voulait que le rap soit mort. Le décor est planté ! Reste devant nous encore douze morceaux avant que le remède concocté par les consorts Bruno et Carr vienne confirmer que le boom bap savamment exécuté n’a que faire de la redondance.

La suite ne permet pas à l’auditeur de s’assoupir. Les temps mort sont proscrits pendant quarante-huit minutes. Les pistes s’enchaînent sans ennui avec une énergie musique / voix commune qui fait merveille. Clairement, Marco Polo et Torae forment un duo sacrément complémentaire.

Les samples sélectionnés aux petits oignons par Marco naviguent entre autres d’une boucle d’Autumn Leaves de Roger Williams sur Double Barrel, d’une bribe de Cloud Nine des Tempations sur Coney Island ou plus surprenant d’un échantillon du générique de l’anime Karmen Rider concocté par Shunsuke Kikuchi sur Hold Up. Torae au emceeing, dans le rôle de l’outsider, y va sans rondeur. Un flow offensif bien rentre dedans qui va à merveille avec les thématiques abordées tant pour prouver que le real rap n’est pas propulsé par l’industrie musicale et les rappeurs  orfèvres du changement de vestes que pour décrire l’atmosphère new-yorkais.

Double Barrel, Lifetime, Coney Island et Hold Up forment un quatuor de très grand cru. Double Barrel pour son piano complètement fou en second plan qui vient sublimer ce track d’introduction. Lifetime par l’agrément des scratchs de DJ Revolution qui offre une distribution de classiques et donne dans la vertu pédagogique en forme d’hommage. Coney Island qui nous permet d’appréhender le quartier natif de Torae avec un refrain entêtant à souhait I was born and raised in the slums of every city Coney Island ! Coney Island !. Hold Up où celui-ci partage le micro avec les deux mastodontes MCs que sont Masta Ace et sa technique fine et son écriture précise et le regretté Sean Price dans un style bien plus bourrue mais lyricalement et techniquement tellement maîtrisé que le Hold Up est réalisé sans encombres et à visage découvert.

Après cet album référence, les deux lascars sont restés des valeurs sûres de la scène new-yorkaise underground. Torae a sorti deux albums en solo (For The Record et Entitled) de qualité très honnête sans être aussi dense que l’album qui nous tient en haleine dans cette chronique. Dernièrement, Marco a fait parler de lui par la sortie de A Breukelen Story accompagné par Masta Ace. Album qui dans l’esprit est cousin de Double Barrel mais celui-ci semble être plus dispensable et devrait moins bien vieillir que la réalisation de nos deux ouailles du barillet. Dix ans après, Double Barrel n’a pas pris une strie malgré quatorze déflagrations rapprochées qui se répètent (et continueront de se répéter) inlassablement à chacune de nos écoutes.

Tracklist
01. Intro
02. Double Barrel
03. Party Crashers
04. Smoke
05. Lifetime
06. But Wait
07. Rah Rah Shit
08. Danger
09. Stomp
10. Coney Island
11. Word Play
12. Hold Up
13. Get It
14. Crashing Down
Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Alex Carter

DJ Low Cut / Stoned Ride
[Rugged Records]

Tourner la page est le credo de Stoned Ride troisième album du...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *