Awon & Phoniks / Nothing Less
[Don’t Sleep Records]

8.8 La note de l'auteur
8.8

Awon & Phoniks - Nothing LessAvec Awon & Phoniks, l’ère doré du rap n’est jamais bien loin. Pour le plus grand plaisir des plus fins gourmets, ils prennent pour la quatrième fois de longs chemins de traverses pour s’éloigner du rap modernisant ambiant. Ces sentiers nous font déboucher dans un monde où la beauté rapologique transcende les époques.

Alors qu’ils avaient, sur leurs premiers longs formats,  effectué un Return To The Golden Era qui avait permis de trouver plus loin The Actual Proof d’un Knowledge Of Self. Ils s’encanaillent de Nothing Less cette fois-ci. Globalement sur l’ensemble de leur discographie commune, pour faire émerger l’ensemble des essences de leur musique, Awon & Phoniks n’ont rien de moins à faire que d’infuser leur rap dans le jazz avec quelques feuilles de soul. Ces arômes sont alors servis chauds et prennent forme d’une délicatesse hip-hop qui revêtent un apparat classieux. On en viendrait à lever le petit doigt pour les déguster auditivement tant leur rap rime avec élégance.

Pour se mettre dans l’ambiance de Nothing Less, on pourrait sortir nos plus belles sneakers ou casquettes mais ce besoin relèverait du superflu voir carrément de la futilité. Tous les pores de la musique d’Awon & Phoniks transpirent le real hip-hop et suffisent d’eux-mêmes à représenter un enracinement qui de nos jours s’étiole inexorablement. Le groove d’Awon & Phoniks sur Nothing Less est d’une sûreté bien supérieure à celle d’une centrale nucléaire. Les finitions sont impeccables et sans communes mesures avec celles de l’EPR de Flamanville. D’ailleurs, ils se permettent même d’être des distributeurs d’explosions grâce à un soleil qui tape soyeusement et installe un feu détendu dans les rues. En dehors des habituels (Dephlow, Anti-Lilly, Tiff The Gift), ce festin informel de l’association des fins gastronomes rapologiques voit deux invités  de renoms (Masta Ace et Blu) les rejoindre pour embellir avec magnificence la carte qu’ils proposent.

Vous l’aurez compris, la majesté est une nouvelle fois ultra-présente lors de ce quatrième rendez-vous avec le duo dont le rap s’assied entre le Maine et la Virginie. L’écoute relève du délice et plaira aux auditeurs friands de tendresse musicale. Et en plus, ce projet est en téléchargement libre !

Tracklist
01. Intro
02. Everlasting Game
03. Fire In The Streets
04. Falling
05. Nothing Less
06. Sunshine
07. Can’t Fool Me
08. Golden Era Vandals
09. The Cool Out
10. Fatherhood
11. When
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots-clés de cet article
, , , ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Alex Carter

Alfa Mist / Bring Backs
[Anti-]

On va mettre carte sur table, certains albums transcendent les styles et...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *