Skilled Mechanics
[False Idols / K7]

Skilled MechanicsAprès un passage à vide assez long au début des années 2000, Tricky a retrouvé la forme, l’inspiration et l’envie d’en découdre. Cette forme de retour en grâce s’est accompagnée d’une propension à mettre son passé sur la table et, paradoxalement pour un type qui a passé son temps à chanter dans le noir et à essayer de disparaître derrière ses collaboratrices et chanteuses, à parler un peu plus de lui. Le mouvement a démarré avec l’inégal Knowle West Boy et s’est prolongé jusqu’au dernier album en date Adrian Thaws, où le chanteur retrouvait non seulement son nom mais aussi une parole directe et exposée sur 3 ou 4 titres. Aussi talentueux soit-il, Tricky s’est sans doute aperçu qu’il n’avait pas intérêt à laisser les clés vocales de la maison aux filles, sa présence étant indispensable pour produire cet effet de saisissement et de menace qui caractérise sa musique.

Skilled Mechanics, présenté comme un projet collaboratif entre Tricky, son vieil ami d’adolescence DJ Milo (déjà de l’aventure Wild Bunch) et son batteur quasi historique Luke Harris, est avant tout un album de Tricky. Né techniquement de son arrivée à Berlin, l’album est revendiqué comme un album où le Bristolien revient au premier plan (ce qui est partiellement vrai) et assume le fait de mener le jeu. Baptisé Skilled Mechanics, qui est une expression qualifiant les espions et assassins des services secrets, l’album est surtout une belle réussite et ce que l’ancien Massive Attack a livré de mieux et de plus convaincant depuis, disons, Pre-Millenium Tension, il y a quasiment vingt ans. Le Tricky d’aujourd’hui, soyons clairs, n’a plus grand-chose à voir avec le punk-hoper d’alors mais réussit, avec d’autres moyens, à dégager cette même impression d’insécurité permanente et de séduction vénéneuse qui ont toujours fait sa force. Skilled Mechanics s’ouvre ainsi sur un titre old school magnifique intitulé I’m Not Going. L’habillage est minimaliste (un beat, une basse et la voix de la chanteuse Oh Land) mais le rythme est bon. La voix féminine se traîne tandis que Tricky se tient à l’affût derrière dans sa posture favorite du Grand Méchant Loup, exprimant d’un souffle rauque toute son ambiguïté de prédateur. Le loup sort du bois sur le titre suivant qui, pour le coup, tranche avec tout ce qu’on a entendu depuis un bail. Hero est ce qui s’apparente chez Tricky à un titre pop. Accompagné par la pom pom girl Ann Dao, Tricky s’élance dans un rap uptempo (selon ses standards) et au refrain léger et entêtant comme un morceau de Beyoncé « I’ll be your hero/ I’ll be your Superman ». Le morceau évoque ironiquement les attentes d’hyper virilité qui pèsent sur le chanteur et qui lui sont imposées par la gente féminine. Dans un renversement assez amusant des genres, Tricky fait preuve sur ce titre de beaucoup d’humour (il cite Perry Como et Bono pour la rime) et d’à-propos. On retrouvera cette forme de légèreté et une approche directe sur Beijing To Berlin, le premier morceau de l’album à avoir été révélé il y a quelques mois. Là encore très accrocheur, le titre navigue aux lisières du mauvais goût. Au fil des écoutes, on se fait cependant avoir par cette efficacité nouvelle et ce retour à un rap incisif et frontal, au point de se laisser gagner par un certain enthousiasme coupable.

L’habitude aidant, on en revient néanmoins à préférer le Tricky crépusculaire et glauque au Tricky de parade. Et c’est bien le premier qui habite la majorité des pièces qui constituent l’album. Entre le très en-dedans Don’t Go et le splendide Diving Away, pêché chez Porno For Pyros, Skilled Mechanics excelle à tisser des ambiances sombres et enfumées. Tricky susurre à l’arrière-plan, envoûte et enroule dans des arabesques vocales des créatures vénusiennes qui plongent avec lui dans les ténèbres. La sensation, vingt ans après son apparition, ne finit pas de nous enivrer et de nous enchanter. C’est pour ce mélange étrange de bien-être et de malaise qu’on revient à chaque fois. Il faut l’immense Boy pour venir nous relever de notre torpeur maline. Boy est le pendant du Knowle West Boy d’hier, un grand titre autobiographique où Tricky raconte ses jeunes années : le suicide de sa mère, le père qui se fait la malle (pour animer un Sound System), ses oncles voyous et on en passe. Enchaîné avec le quasi soul et très réussi Bother (cover magnifique de Corey Taylor, le leader de Slipknot), Boy est le joyau noir de l’album, un morceau que vient apaiser avec délicatesse le soyeux How’s Your Life.

L’une des qualités de Skilled Mechanics est de parvenir à varier les ambiances avec beaucoup de maîtrise. L’album s’appuie sur un tracklisting parfait qui sert au mieux la variété des morceaux et des plages. Tricky s’évertue à souffler le chaud et le froid jusqu’à la fin. Des treize titres qui constituent cet album, et parce qu’on ne veut pas les prendre forcément un par un, on retiendra qu’ils filent droits et fiers comme le vent. La grâce d’un We Begin, chanté par la belle Francesca Belmonte, dont c’est l’unique apparition et probablement l’un des plus beaux morceaux de l’album, est immédiatement avalée par l’âpreté savante de Well. Tricky distribue les bons points et retrouve toute sa force en prenant la posture d’un observateur omniscient et qui sait exactement où il veut aller. Le titre respire la confiance, la solidité, le sentiment d’avoir trouvé une direction et de savoir s’y tenir. C’est ce qui fait de Skilled Mechanics un album aussi solide et puissant : cette absence d’hésitation et d’errance, dans les postures, dans les sonorités, qui affaiblissait les précédents albums de l’homme de Bristol. Jusque dans les claviers archaïques de Necessary ou dans la beauté éthérée et élégiaque du terminal (et somptueux) Unreal, tout est tenu, en place, millimétré et comme il doit être.

Les meilleurs albums de Tricky étaient jusqu’ici des monolithes sombres et d’un seul tenant. Celui-ci est d’une beauté colorée et à mille faces, mais tout aussi puissant et imposant.

Tracklist

1. I’m Not Going (ft. Oh Land)
2. Hero (ft. Ann Dao)
3. Don’t Go
4. Beijing To Berlin (ft. Ivy 艾菲)
5. Diving Away
6. Boy
7. Bother
8. How’s Your Life
9. Here My Dear
10. We Begin (ft. Francesca Belmonte)
11. Well
12. Necessary
13. Unreal (ft. Xdare)

Liens
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Human Don’t Be Angry / Guitar Variations
[Around7Corners Records]

Entamée comme une expérience nostalgique et poétique tournée vers la musique des...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *