Starwalker / Starwalker
[Prototyp Recording]

Starwalker - StarwalkerLe duo français AIR étant en stand-by depuis leur dernier album Music For Museum (2014), Jean Benoît Dunckel s’est associé avec l’islandais Bardi Johannsson (Bang Gang, Lady & Bird) pour la réalisation de ce beau disque électro pop. Comme Nicolas Godin, son complice de longue date, qui s’était autorisé la démarche d’une production intime sous la forme d’un disque ambitieux baptisé Contrepoint et sorti en 2015, J.B. Dunckel nous livre à son tour ici une musique planante et personnelle qui se situe toujours dans l’esprit de AIR mais aborde une nouvelle esthétique via la présence de titres dansants et sentimentaux.

Le disque s’ouvre avec un morceau intitulé Holidays. Il ne s’agit pas d’un cover de la chanson de Madonna même si l’esprit et le texte y sont également très pop et positifs. Une introduction qui se démarque assez des albums de AIR et qui annonce donc une nouvelle orientation musicale. Les paroles des différents titres volontairement simples mais non dénuées de sens sont portées par des mélodies vocales recherchées et souvent chantées avec l’utilisation de l’effet vocoder qui leur donne un côté synthétique et robotique caractéristiques de l’outil. J.B. Dunckel (claviériste/chanteur) a un grain de voix très particulier oscillant entre un côté presque enfantin et un aspect androgyne qui donnent une atmosphère sensuelle, mélancolique et légèrement trouble à ses interprétations.

Le titre assez génial Losers Can Win, écrit avec la participation de Keren Ann pour les textes (qui avait déjà collaboré avec Bardi Johannsson sur le projet Lady & Bird), est sorti en 2014 en maxi qui a évolué jusqu’à donner cet album Starwalker. Ce morceau est, comme le clame Obama avec son Yes We Can, un encouragement à se dépasser ; cela ne marche pas tout le temps mais ça reste dans le domaine du possible… Le clip de cette chanson (comme ceux des autres titres) est très classe, filmé dans une ambiance érotico-comique : bassiste en porte-jarretelles faisant des bulles avec son chewing-gum, J.B. Dunckel en complet blanc, arborant des lunettes big size à la Lennon ; Bardi Johannsson prenant une posture de dandy chantant dans un micro au design très vintage; le tout dans une impression de ralenti, d’état entre le sommeil et l’éveil. Somewhere Between Waking And Sleeping est d’ailleurs un titre du très bon album de Air intitulé Pocket Symphony sortit en 2007 et interprété par Neil Hannon (The Divine Comedy). On y est presque.

Cet opus comprenant 10 morceaux offre à l’auditeur un paysage musical assez varié allant du genre ambiant minimaliste (Blue Hawaii, Losers Can Win, Bad Weather) à une électro pop dansante dans le style des productions de Daft Punk (Holidays, Radio, Get Me) en passant par un slow ou une balade très sentimentale intitulée Come And Stay. Il y en a pour tous les goûts. La collaboration avec l’islandais Bardi Johannsson dont la sensibilité mélancolique et aussi pop sur ses différentes réalisations (il s’est par ailleurs illustré dans de multiples créations musicales pour le cinéma et des documentaires) fonctionne à merveille et a certainement permis un alliage cohérent et novateur avec la créativité de J.B. Dunckel. Le résultat est de haute volée : les pieds sur le dancefloor et la tête dans les étoiles.

Tracklist
01. Holidays
02. Blue Hawaii
03. Losers Can Win
04. Radio
05. Everybody’s Got Their Own Way
06. Come and Stay
07. Get Me
08. Le President
09. Bad Weather
10. Demeter
Ecouter Starwalker - Starwalker

Lien
Ecrit par
Ecrits aussi par Nils Arrec

Hej!, premier album de Felicita qu’on félicite déjà ?

La marzipan, cette gourmandise à base de pâte d’amande et de blanc...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *