Stranded Horse / Luxe
[Talitres / Differ-Ant]

Stranded Horse LuxeQuand certains optent pour le surplace et se contente du confort des habitudes, Yann Tambour a pris la route depuis longtemps. Il est loin le temps où le Normand crachait sa bile et ses doutes, les dents serrés, sur l’électronique minimale de Encre. Au fil d’un parcours qui l’a conduit du côté du Sénégal où il s’est épris des instruments traditionnels africains et de la kora en particulier, celui qui s’est rebaptisé (Thee) Stranded Horse a fait des rencontres qui ont significativement modifié sa vision du, monde, de son monde et son univers musical.

Pour autant, Luxe renoue avec ses premières aspirations et offre une vision kaléidoscopique de sa discographie. Ce sixième album (sous ses différentes incarnations) laisse ainsi une large place à l’instrumentation traditionnelle de ses partenaires africains, notamment Boubacar Cissokho qui fait montre d’une virtuosité étourdissante, mais aussi de sa culture musicale, que ce soit la chanson française lettrée et le folk anglo-saxon. Aussi, si A Faint Light (déjà présent en face B d’un single sur lequel il réinterprétait Transmission de Joy Division à la kora, avec balafon et violon peul) constitue une pièce maîtresse de ce disque pour sa structure d’une liberté incroyable, Yann tambour se partage aussi le micro avec Eloïse Decazes, la chanteuse de Arlt au timbre si particulier. Monde ouvre ainsi de nouveaux horizons à Stranded Horse, dans des chemins de traverse que peu fréquentent en nos contrées. Ailleurs, Ode To Scabies invite les inflexions mariachis de Calexico et le swing de ses compatriotes French Cowboys. Yann Tambour joue au caméléon et on peine même à trouver une certaine cohérence à Luxe qui se parcourt comme un carnet de voyage dont les pages auraient été mélangées (l’album a d’ailleurs été enregistré entre Dakar, Nantes et Paris). Même dans sa façon de chanter, les différences de tons et d’intonations sont incroyables. A Qui Dois-Tu Montrer Les Dents ? s’avère être une relecture d’un premier morceau de Encre, écrit en 2001 (Foehn), mais cette fois-ci, Yann Tambour lâche cette phrase définitive (« Moi mes affaires sont au beau fixe« ) avec l’assurance de ceux qui savent où ils vont, là où la version originale suintait la rancœur et le doute. En conclusion, la mélodie hachée et à rebrousse poil d’Unusual Ways place Stranded Horse en cousin de Jim O’Rourke et David Grubbs.

Rares sont les artistes à s’affranchir ainsi des frontières, qu’elles soient administratives, culturelles ou imaginaires.

Tracklist
01. Monde
02. A Faint Light
03. Ode To Scabbies
04. Refondre les Hémisphères
05. My Name Is Carnival
06. Sharp Tongues
07. A Qui Dois-tu Montrer les Dents ?
08. Dakar
09. Unusual Ways
Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Benoît Pioulard / Sylva
[Morr Music]

Indéniablement, Benoît Pioulard a un véritable talent de « soundmaker », lui qui a...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *