Tale of Us : la house classique des Ritals de Berlin

Tale of UsAmis de la singularité bonjour. On connaissait Matteo Milleri et Carmine Conte, deux simili-Italiens (l’un est né au Canada, l’autre à New York, mais ils se sont rencontrés à Milan) officiant depuis Berlin dans le registre techno house pour leur single North Star et leur activité de DJ (à Ibiza). Les voici prêts sous leur étiquette Tale of Us pour la difficile épreuve du premier album.

Fans de longue date de Max Richter, de musiques de films et de « grande musique », les deux hommes de nuit ont élu domicile chez les prestigieux Deutsche Grammophon pour un premier album intitulé sobrement Endless et qui marque une évolution non négligeable de leur musique. Si jusqu’ici, les musiques de Tale of Us semblaient plutôt faites pour les dance-floors (branchés, chill out, house) et les heures matinales des nuits de fête, Endless, sur ce qu’on en a écouté (deux morceaux, Ricordi et Distante) le duo a considérablement revu sa formule pour se changer en un immense chantier musical où fusionnent la house, l’ambient, la musique classique et les « musiques instrumentales » au sens large.

On pourrait craindre à la description que cela ne ressemble à rien et ce n’est pas du tout le cas. La texture est riche, mêlant instruments synthétiques et naturels (on entend notamment un joli xylophone, un piano, et des cordes à foison), afin de créer une série d’ambiances qui sont plutôt inquiétantes et mélancoliques que vraiment dansantes. Distante est enrichi en basses discrètes et suggère un lien avec le space-rock des grands films de SF. Ricordi joue plus sur la fibre planante et new age. L’ensemble est agréable à l’heure, assez reposant et  soigné. On imagine qu’il séduira les fans de l’immense Isao Tomita (disparu l’an dernier) et dont les bouleversantes relectures électro de Debussy avaient ouvert une veine transgenre où se sont engouffrés les amateurs de classique revisité.
On ne sait pas si l’avenir réserve une telle postérité à Tale of Us mais ce disque pourrait représenter une alternative sympathique aux développements instrumentaux plus classiques que proposent (la plupart du temps) des groupes comme Dakota Suite ou Mogwai. Sur scène, le groupe s’est entouré d’un media artist pour proposer des shows immersifs qui semble-t-il valent le détour. Il faudra voir sur pied.

Tale Of Us – Distante

Ecrits aussi par Benjamin Berton

J Mascis / Elastic Days
[Sub Pop / PIAS]

J Mascis est l’ami qu’il vous faut. En ces temps incertains, son...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *