The Sea And Cake / Any Day
[Thrill Jockey / Differ-ant]

9 Note de l'auteur
9

The Sea And Cake - Any DayA la première écoute d’Any Day, on n’en croit pas nos oreilles et, instantanément, la machine à remonter le temps s’emballe : après vingt-cinq (!!) de carrière The Sea And Cake tutoie de nouveau les sommets.

On croyait portant l’affaire entendue. Tout d’abord, le groupe fomenté par la paire de compositeurs-guitaristes Sam Prekop et Archer Prewitt avec la plus inventive section rythmique John McEntire / Eric Claridge a bâti une discographie absolument irréprochable, faisant le pont entre fulgurance pop et inventivité jazz, évidence des lignes claires, incarnée par le chant angélique de Prekop, et chausse-trappe mélodiques. Lors de cet âge d’or, le groupe de Chicago a signé six albums indispensables et, à leur manière, révolutionnaires, tant ils auront progressivement fait bouger les lignes, les frontières entre les styles. Lorsqu’en 2007 le groupe se reforme après trois ans de pause justifiée par « un manque d’envie » collectif, la magie opère encore, mais par intermittence.

Et puis, alors que Prewitt avait su en parallèle s’exprimer sous son propre nom (5 albums, riche de classic pop-songs entre 1997 et 2004) avant de retourner au silence, Prekop s’est consacré de plus en plus à d’autres formes d’art (la photo, la peinture). Il a aussi réalisé des albums en solo : au début, avec l’aide des copains, il a réalisé un chef-d’œuvre en 1999 avant de se perdre en route avec des expérimentations électroniques sur des instruments qu’il avait mis au point. Au fil du temps, il a cumulé des projets malheureusement compétemment dénués de tout intérêt (Pavillon en 2013) voire même pénibles (The Republic en 2015). Aussi, malgré tout l’amour qu’on pouvait lui porter, on le croyait définitivement perdu pour la cause. De l’autre côté, alors que McEntire démultipliait les projets, que ce soit au sein de Tortoise, musicien-pigiste de luxe ou producteur, Claridge s’est désintéressé de l’affaire (on note juste une apparition à un album de Brokeback). D’ailleurs, à l’heure de la rédemption en 2018, il n’est pas reparti…

Pour autant, même si Any Day est l’œuvre d’un trio à deux guitares, The Sea And Cake renoue avec le son d’antan, les ruptures rythmiques jouissives et la vélocité de sa prime jeunesse. Et l’absence de basse est vite supplée par des arrangements soyeux (un synthétiseur vintage, une flûte, une clarinette, …). Sam Prekop chante divinement bien (mieux encore ?), sans la moindre once d’agressivité. A l’heure où tout va vite, quand tout le monde dézingue tout le monde, que ce soit par une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux ou avec un flingue en main, ce groupe devrait être érigé en ambassadeur de la paix. Aucune œuvre de bienfaisance ne parviendra à supplanter le pouvoir mystique de The Sea And Cake : cette musique apaise, rassure, réconforte, rassérène. A l’écoute du sautillant Any Day, on sourie à son voisin. Avec le second single, These Falling Arms, on a envie d’effleurer la main de cette jolie fille croisée dans le bus. On se prend à croire de nouveau en l’Homme sur Occurs (avec une fin à tiroirs qui ravira les fans de la première heure). Paper Window donne envie de déambuler en toute quiétude sur un air de bossa. Tout ici n’est qu’enchantement.

Si seulement nos routes pouvaient se croiser un jour, on aimerait avoir l’opportunité de prendre ces types dans nos bras, furtivement, silencieusement, juste pour leur dire merci.

Tracklist
01. Cover The Mountain
02. I Should Care
03. Any Day
04. Occurs
05. Starling
06. Paper Window
07. Day Moon
08. Into Rain
09. Circle
10. These Falling Arms
Ecouter The Sea And Cake - Any Day

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Petite Noir nous invite à la maison

Petite Noir est un drôle d’oiseau. On aura beau lui cherché une...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *