Ryley Walker / Golden Sings That Have Been Sung
[Dead Oceans / Differ-Ant]

9 Note de l'auteur
9

Ryley Walker - Golden Sings That Have Been SungIl y a des types qui n’ont pas de chance : Ryley Walker, malgré un talent très significativement au dessus de la moyenne, vient d’être victime d’un accident marketing.

Déjà, en 2015, pour la parution de Primrose Green, son précédent album solo, on ne peut pas dire que l’Américain est jouit d’un gros travail promotionnel de la part de son label. On a assez pratiqué le groupe Dead Oceans / Secretly Canadian /Jagjaguwar pour savoir que certains artistes de leurs abondants catalogues sont sacrifiés en Europe… Et Ryley Walker ne devait pas être dans leurs priorités pour avoir fixé la parution de Golden Sings That Have Been Sung au beau milieu de l’été. Et n’allez pas chercher le disque à l’habituel rayon « indépendant ». Non, histoire de bien se bananer, l’album est classé en « pop ». Allez comprendre ce qui motive un tel classement et pourquoi le disque n’a pas atterri à côté des œuvres de son compagnon de label, Kevin Morby.

Si on ajoute à cela que Ryley Walker a réalisé en seulement quelques mois 2 autres disques collaboratifs avec d’illustres inconnus, Land Of Plenty avec Bill MacKay (Whistler Records – 2015) et Cannots en compagnie de Charles Rumback (2016), on ne peut pas dire que le chantre américain et son label cherchent à thésauriser sur le capital d’un seul album, aussi riche soit-il. Pourtant découvrir Golden Sings That Have Been Sung suscite la même excitation et réserve autant d’enchantements que d’ouvrir une malle aux trésors.

Produit par LeRoy Bach (Wilco, Joan Of Arc) qui se charge également de pas mal d’autres instruments, cet album enregistré à Chicago avec une poignée d’excellents musiciens provenant pour la plupart de la scène jazz devrait, à l’aune des années, être reconnu à juste titre comme un chef d’œuvre. De part sa forme et les thèmes abordés, Golden Sings That Have Been Sung a tout des classiques signés par Nick Drake, John Martyn, Tim Buckley, John Fahey ou encore Scott Walker (avec qui Ryley partage plus que le nom). Oui, cet album assume sa paternité et sa filiation. Oui, ce disque est complètement anachronique et en marge de son temps.

Envoyé en single avant-coureur, The Halfwit In Me est un ravissement mélodique comme en ont signé Sam Prekop sur son premier album solo en 1999 et Archer Prewitt au fil de sa discographie discrète. Les amateurs de The Sea & Cake devraient donc être chamboulés par cette pop orchestrale qui emprunte de cahoteux chemins bucoliques. Avec sa bande de musiciens missionnaires, Ryley Walker fait preuve d’une merveilleuse délicatesse. Chaque instrument s’épanouit pour servir les mélodies sinueuses, que sublime sa voix délicate. On pourrait dire que A Choir Apart est une version post-pop du Camoufleur (1998) de Gastr Del Sol, et que The Roundabout devrait devenir un classique d’americana moderne, alors que Sullen Mind instille une fièvre psychédélique (mais sans digression superflue). Le jeune homme chante divinement bien (les deux minutes guitare / voix de I Will Ask You Twice) mais en tant que compositeur, il sait aussi ménager les effets, jouer sur les pleins et les creux en laissant les instruments bourdonner pour mieux mettre en exergue une bribe de chant. La version live débridée et hypnotique de Sullen Mind qui s’étire sur plus de quarante minutes (!!) sur le second cd de la « Deep Cuts Edition » disponible en Europe, dévoile les aspirations libertaires du jeune homme et confirme sa capacité à s’affranchir du poids de ses influences.

Voilà encore un grand disque à ne pas oublier en fin d’année.

Tracklist
01. The Halfwit In Me
02. A Choir Apart
03. Funny Thing She Said
04. Sullen Mind
05. I Will Ask You Twice
06. The Roundabout
07. The Great And Undecided
08. Age Old Tale
09. Sullen Mind
Écouter Ryley Walker - Golden Sings That Have Been Sung

Liens
Le site de l’artiste
Le site de Dead Oceans
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Avec Bambara, il y a urgence, mais il faut attendre

Au milieu des groupes interchangeables, des hipsters policés, des suiveurs sans âme,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *