The Twilight Sad / Òran Mór Session
[FatCat / Modulor]

The Twilight Sad Òran Mór SessionCela fait déjà pas loin de dix ans qu’on nourrit une affection toute particulière pour The Twilight Sad, sur la foi d’une poignée de singles portés par une gouaille unique et concrétisés par Fourteen Autumns & Fifteen Winters (2007 – FatCat), un premier album qui leur permis de jouir d’une relative notoriété au Royaume-Uni – suffisante tout du moins pour pouvoir continuer et tourner dans les toutes les petites salles du pays. Depuis le groupe écossais n’a jamais faibli ni dérogé à ses préceptes (économie de moyens, spontanéité et nervosité, sincérité et sensibilité exacerbée), livrant à intervalle régulier des albums (cinq jusqu’à ce jour si nos comptes sont bons) souvent salués par la presse mais malheureusement rarement plébiscités.

Initialement réservés à la vente lors des longues tournées que donnent The Twilight Sad, Òran Mór Session regroupait six relectures acoustiques de chansons issues de Nobody Wants To Be Here And Nobody Wants To Leave (leur denier album en date), sur un disque autoproduit en 2014. Fort de la qualité de ces nouvelles versions, FatCat, leur label de toujours, a la bonne idée de rééditer ces enregistrements saisis sur le vif en y adjoignant trois chansons supplémentaires, dont une reprise de feu le violoniste Charles Arthur Russell Jr. (I Couldn’t Say It To Your Face). Il s’agit d’ailleurs de l’un des seuls titres qui s’offre une orchestration un peu différente des autres avec l’apparition d’un mellotron et qui desserre – un peu –  l’étreinte en fin de disque. En effet, The Twilight Sad, ici réduit au duo originel James Graham et Andy MacFarlane, se livre sans fard : une guitare électro-acoustique et la voix de Graham. Et quelle voix. On frisonne lorsque le ton monte et qu’il accroche une note suspendue en l’air en fin de phrases, lorsque la fêlure se fait saillante et que son (fort) accent écossais roule comme le tonnerre sur les Highlands. Si la rage affleure l’épiderme sur les albums du groupe, elle laisse ici place à une mélancolie bouleversante qui prend une dimension poignante dans la solitude de la nuit.

Tracklist
01. Nobody Wants to be Here and Nobody Wants to Leave
02. Last January
03. It Never Was The Same
04. Pills I Swallow
05. I Could Give You All That You Don’t Want
06. Drown So I Can Watch
07. The Airport
08. Leave The House
09. I Couldn’t Say It To Your Face
Ecouter The Twilight Sad - Òran Mór Session

Lien
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Pale Honey is back !

Où il s’agit de fidélité en musique comme en amour. Tombés sous...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *