Tout est bleu avec Wild Nothing

Wild Nothing - IndigoL’histoire d’amour avec Wild Nothing débuté avec le suranné Gemini en 2010 (Captured Tracks) avait été un peu écornée avec Life Of Pause. Non pas que le troisième album de Jack Tatum soit raté, mais la magie des premiers instants semblait s’étioler. Il en est toujours ainsi des romances adolescentes : au petit matin, elle est toujours belle, mais il n’y a plus l’excitation de la découverte.

Et puis, le feu de la passion donne parfois suite à un amour profond. L’écoute du tonitruant Letting Go, single annonçant la parution d’un nouvel album le 31 août 2018, laisse augurer d’une histoire faite pour durer. L’Américain a bouclé ici une mélodie intemporelle comme savait si bien les trousser Violens (2 albums et une poignée de singles de pop-anorak entre 2008 et 2012 que l’usure du temps devrait faire passer à la postérité). La filiation saute aux oreilles dès la première écoute et la production porte d’évidence le sceau de Jorge Elbrecht. Un tube imparable pour les nostalgiques, les amoureux des lignes claires et des histoires bleutées. Tiens d’ailleurs, l’album s’appelle Indigo

Liens
01. Letting Go
02. Oscillation
03. Partners In Motion
04. Wheel of Misfortune
05. Shallow Water
06. Through Windows
07. The Closest Thing To Living
08. Dollhouse
09. Canyon on Fire
10. Flawed Translation
11. Bend
Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

[EXCLU] – Soft People, un peu près plus près de la lune et des étoiles

On s’est lamenté à propos de la canicule et des rues désertes...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *