Acid Dad / Take It From The Dead
[Greenway Records / The Reverberation Appreciation Society]

8 Note de l'auteur
8

Acid Dad - Take It From The DeadOn entre d’abord dans Take It From The Dead, le deuxième album d’Acid Dad avec la complaisance qu’on accorde trop facilement aux jeunes groupes qui recyclent les références et sonorités qu’on apprécie depuis longtemps. La prise de risque est quasi-nulle et à ce tarif-là, la découverte relève de l’auto-flatterie confortable.

En plus, ces trois gars ont l’air vraiment super cool, à se grimer pour faire les pitres à un concert le soir d’Halloween ou porter des tee-shirts ornés de motifs qui donnent la nausée si on les regarde plus de 20 secondes. A la vue de quelques clichés et de leurs vidéos sous psychotropes, on se dit que ce serait cool d’assister à leurs concerts et de finir la soirée avec eux – même si on prendrait alors le risque d’ingérer plus de substances illicites en une seule soirée qu’un narcotrafiquant colombien en voyage de noce avec Pamela Anderson.

Bref, ce ne sont pas vraiment de bonnes raisons pour en oublier tout discernement et bon sens, mais on est certains de ne pas faire une mauvaise pioche car l’album bénéficie de l’agrément du label parent du festival international Levitation (The Reverberation Appreciation Society) – avec l’appui de la turne des psycho-rockers Brooklyn’s Greenway Records.

Et ce qui saute instantanément aux oreilles, c’est que certes, Acid Dad ne fera pas progresser l’Histoire du Rock, mais que le trio maîtrise à la perfection l’exercice de style. Le temps de réaliser cette évidence, ils ont déjà enchainé une triplette de tubes recyclant leurs influences : Searchin’ chatouille Spacemen 3 / Spiritualized, BBQ combine Led Zeppelin à une guitare grunge (autrement dit, entre Nirvana et The Dandy Warhols), quand RC Driver tanne le post-punk hypnotique de leurs contemporains TOY, Temples ou Unknown Mortal Orchestra. Oui,. Au prix du single et de la boulette de shit, l’acquisition du disque packagé en version criarde est déjà rentabilisée. Le groupe profite à plein de sa formation réduite pour permettre à chacun des trois musiciens de s’éclater en se gavant de distorsions, en plaquant la mélodie sur des rythmes motörik et en hachant l’espace-temps à coups de riffs électriques comme des lames de rasoir. En plus, les deux guitaristes, Vaughn Hunt et Sean Fahey, s’amusent à se donner la réplique au micro se montrant tour à tour harangueur et vaporeux.

En 8 titres, Acid Dad ne prend pas le temps de faire un pas de côté, même en se permettant une digression plus longue dans un final cathartique, mais ne commet aucun faux-pas.

Tracklist
01. Searchin’
02. BBQ
03. RC Driver
04. She Only Eats Organic
05. Good Time
06. Smile You’re On Camera
07. 2 Face
08. Djembe
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Ecrit par
More from Denis
Mendelson / Sciences Politiques
[Ici d’Ailleurs]
Avant de lancer la première écoute de ce nouvel album de Mendelson,...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.