Agar Agar célèbre sa première fois en dessin animé

Agar AgarLa nouvelle découverte de Cracki Records sortira son premier ep, le très chouette Cardan Ep, le 28 septembre. Cela faisait quelques mois qu’on avait l’œil sur ce duo composé d’un gars et d’une fille, Armand Bultheel (le gars) et Clara Cappagli (la fille), qui s’est baptisé Agar Agar. Pour les amateurs de cuisine, il s’agit d’un gélifiant découvert au Japon au XVIIème siècle et rendu célèbre depuis quelques années dans à peu près toutes les émissions culinaires de téléréalité. Agar Agar donc est un duo électro disco pétillant et branché (parisien) dont le premier single, extrait de cet EP qui compte cinq titres originaux (plus trois versions « edit ») est l’une des bonnes surprises de cette rentrée. Leur premier morceau, Prettiest Virgin, est accompagné d’un clip qui met tout le monde d’accord et devrait suffire à lui seul à assurer le lancement du groupe sur le net. La poésie entêtante et tendrement érotique qui accompagne le morceau est sublimée par l’image très léchée du clip et par son apothéose orgasmique en dessin animé (de synthèse). Le grain, le côté « première fois » adolescente, les visages pâles et la blondeur sacrificielle, tout y est ou presque pour attirer l’attention des jeunes mais aussi des trentenaires et quadras nostalgiques de leurs dernières boums (et de leurs premières baises). Pour ceux qui ont connu cela, on baisait moins dans les boums que dans les voitures et les terrains vagues mais ce n’est pas le débat !

Le titre aux sonorités très 80’s est porté par l’électro répétitive mais inspirée d’Armand et la voix souveraine et puissante de la jeune Clara. Cette dernière est l’atout charme du groupe et fait littéralement la différence par sa maturité et sa capacité à moduler avec aisance. C’est doux, c’est neuf et de toute beauté, ce que confirme l’EP dans son ensemble avec une collection de titres sans faute desquels on distinguera le très beau I’m That Guy à l’ouverture et l’impeccable Aquarium, le dernier morceau et d’assez loin notre préféré.

Agar Agar travaille dans une veine rétrofuturiste ou néo-disco-pop, selon les dénominations en usage, qui est souvent décriée pour sa prétendue facilité mais s’y avance d’un pas si assuré qu’on en reçoit l’efficacité de plein fouet. La reproduction de schémas mélodiques qu’on avait pu croiser il y a trente ans, conduit à une familiarité instantanée qui intensifie l’émotion. Le chant, mixé en avant mais suffisamment incarné/désincarné pour paraître intime et distant à la fois, inspire séduction et malaise, enveloppant le tout d’une brume de désir rapidement insoutenable. Voilà un groupe qui devrait faire un malheur au.. Japon. Il faudrait être bête pour s’en priver.

Mots-clés de cet article
,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Froid devant ! : 15 chansons pour faire tomber la température

Il fallait s’y attendre : la photo de la fille en bikini...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *