People Under The Stairs / Sincerely, The P
[Piecelock70]

People Under The Stairs – Sincerely, The PSous le soleil californien les histoires finissent toujours en happy end et d’autant plus quand il s’agit des People Under The Stairs.

Thes One (Chris Portugal) et Double K (Mike Turner) l’avaient annoncé : Sincerely, The P serait leur dixième et ultime album, ce qui avait de quoi nous le faire attendre fébrilement. Bref aparté qui aura rapidement son importance dans cette chronique, en 2011 lors de la sortie de Highlighter, les Puts se sont convertis au DIY par l’intermédiaire de leur structure Piecelock70. 1er Février 2019, le groupe sort officiellement ce dixième album au format numérique et en pré-commande pour les formats physiques (cds, k7, vinyles) pour clore cette aventure commencée vingt-trois années plus tôt. Récit qui déraille quand Chris fait le bilan des ventes de la première journée. En vingt-quatre heures, pas moins de trois milles commandes ont été passées (soit cinq fois plus qu’anticipé pour le cycle de vie de l’album). En langage DIY, ça veut dire des emmerdes et surtout une montagne d’envoi à traiter pour le seul Thes One qui en conséquence a dû shutdown le site du label pendant quelques temps.

Quelques mois sont passés et la situation s’est régularisée comme vous pouvez vous en douter. Par contre, le doux son de la dixième partition des People Under The Stairs continue de tourner dans les sillons de notre esprit qui en crépite toujours.

Sincerely, The P débute en forme de début de la fin par un live de San Francisco Knights qui nous rappelle à The Next Step, premier album des trublions angelinos. Introduction qui voit se glisser un riff de guitare, peu conventionnel pour le groupe, apportant l’énergie habituelle nécessaire à un long format du groupe. Sans contredire leurs essais passés, Thes One & Double K propose un album solide (sans être ce qu’ils ont fait de meilleur)  dans leurs plus pures traditions soit un rap rythmé, fun(ky), aux accents afro par moment ordonnant à notre cou de s’affranchir de sa raideur dont le morceau Here, For A Good Time en est le plus représentatif.  Les puts par leur état d’esprit dandy représentent une certaine image californienne qui colle de manière quasi rigoriste aux préceptes de la culture hip hop (Peace, Love, Unity & Havin’ Fun). Ecouter Chris & Mike donnent à la fois envie de faire du skate du côté de Venice Beach (la digue de Rochebonne à St-Malo peut aussi faire l’affaire), de faire un bon barbecue entre potes (en famille ça marche aussi) ou de tout simplement profiter de l’instant présent. Pour en revenir à Sincerely, The P,  la conclusion en forme d’hommage aux regrettés énumérés par Double K sur The Sound Of A Memory est un tantinet à contre-courant de cet état d’esprit même si bien sentie pour accentuer une sortie du duo sans fioriture au-delà de tout égotisme. Pour conclure, on a aimé, on aime et on aimera ne pas oublier la discographie décagonale des People Under The Stairs.

Tracklist
01. Encore
02. Reach Out
03. Let The Record Show
04. Hard
05. The Effects of Climate Change on Densely Populated Urban Areas
06. The Onion Wrap
07. Redeemer
08. Streetsweeper
09. Get Around
10. Stars In The House
11. Here, For A Good Time
12. Letter To My Son
13. Family Ties
14. Dream Sequence ‘88
15. The Sound Of A Memory
Écouter People Under The Stairs - Sincerely, The P

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Alex Carter

Odd Nosdam : du numérique au vinyle

En Avril dernier, Odd Nosdam jouait du Mirrors grâce au label Alien...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *