Clip du Mois : Mr Giscard a son destin en main

Mr Giscard par Shelby Duncan
Mr Giscard par Shelby Duncan

On a d’abord cru à une nouvelle manifestation du syndrome des chansons rigolotes (et souvent un peu nulles) qu’on avait évoqué l’autre jour. Et effectivement cela commence sur ce ton là. Mais Mr Giscard (qui se prénomme, comme un fait exprès, Valery) offre bien vite plus qu’un sourire. Ce jeune homme, que sa biographie décrit comme influencé par les musiques brésiliennes, puisqu’il a habité jusqu’à l’âge de quinze ans en Guyane avant de rallier la Seine Saint Denis, signera très prochainement un premier EP annoncé pour le début d’année 2021 chez… RCA.

Compositeur nocturne et en chambre, Giscard représente bien le futur de la nouvelle chanson française : décontractée à l’extrême, ouverte à de multiples influences, entre le hip-hop, les musiques du monde et une forme de chanson française qui court de Gainsbourg à Philippe Katerine, en serpentant par les années 60, tout en incorporant des motifs électroniques qu’on peut retrouver chez les ténors de la French Touch tels que Daft Punk et Justice. Si on n’est pas toujours friands de cette généalogie musicale, le Pho de Mr Giscard nous fait presque changer d’envie et nous renvoie aux travaux qu’on avait aimés récemment des (plus mâtures) Gelatine Turner. La culture musicale est épatante, diverse et de qualité. L’attitude est moins second degré qu’ailleurs. Et le résultat final servi par une densité à la fois dans les arrangements, dans le texte qui situe clairement cette entrée en matière parmi les excellentes surprises du mois.

Mr Giscard fait sourire mais émeut aussi dans cette représentation à la fois réaliste et romantique de la jeunesse. Le clip, réalisé assez brillamment par Thibaut Dumoulin, met en scène Rod Paradot (César du jeune machin en 2016) et Jade Legrand dans un environnement très Nouvelle Vague teinté de chav attitude et d’un univers qui renvoie autant au cinéma français (Gaël Morel, Téchiné) qu’aux essais sur la jeunesse, sexuée et belle à croquer, de Harmony Korine et d’autres. Il se dégage du tout un mélange de sérénité, de poésie existentialiste, d’énergie juvénile et de beauté sensuelle qui rendent cette entrée en matière très réussie.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

[Instantanés#1] – Quand Hayden voyait les choses Bad As They Seem (1995)

Notre rapport à la musique est fait de fils qui nous relient...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *