Yo and The South met la France sur la carte folk

Yo & The South - RegardsLa France n’a jamais brillé pour ses productions folk ou blues…. C’est un genre qui n’a qu’assez peu de succès chez nous et que les jeunes groupes, sans doute, hésitent souvent à embrasser. Il y a peut-être une lueur d’espoir à l’écoute du nouveau single des Yo and The South, quatuor parisien qui annonce un deuxième EP à paraître cet automne et qui envoie en éclaireur ce Regards, doux et apaisant. D’aucuns diront que la chose est plus pop que folk mais d’une part, la distance entre les genres est mince et d’autre part, ceux qui suivent le groupe depuis quelques mois/années, savant que les Yo and The South ont une solide culture hillbilly et une façon de jouer qui les range au moins autant dans les rangs des folkeux que des jeunes poppeux à frange.

Trêve de chapelle, Regards est un single assez brillant pour qu’on ait pas à s’empoigner afin de savoir où le ranger. L’important est qu’il présente bien et sonne encore mieux, accompagné remarquablement par un clip magnifique et poétique. La seconde partie du morceau est animée par un jeu de guitares pittoresque et nous emmène dans un voyage de fils et de boutons qui n’est pas sans rappeler (bien sûr) l’errance nocturne de la Nuit du Chasseur. Le chant en français est très marqué par les années 60s et lorgne vers un univers pop, coloré et mélancolique, qui sent bon la délicatesse et la bienveillance, mais pas le snobisme ou la lounge attitude, qui défigure souvent les productions françaises. Le résultat est parfait pour engager une dérive au fil de l’eau ou des sentiments, pour perdre pied ou sombrer, pourquoi pas, dans un sommeil profond. Le groupe semble avoir trouvé sa voie/voix dans ce mélange de folk et d’onirisme, flirtant parfois avec la soul ou le Rnb, genres encore plus maltraités chez nous, ce qui pourrait peut-être lui ouvrir quelques portes.

Regards est l’un des beaux morceaux de l’été, entêtant et envoûtant comme un matin de canicule.

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.
En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.
Mots-clés de cet article
, ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Julien Temple / Crock of Gold, a few rounds with Shane MacGowan
[Altitude Film Distribution]

Le dernier album original de Shane MacGowan date de 1997. Il s’intitulait...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *