Cloudy Heads / Back To Equilibrium
[Autoproduit]

6.7 Note de l'auteur
6.7

Cloudy Heads - Back To EquilibriumilibriumÉtrange production que ce Back To Equilibrium, premier disque d’un groupe franco-britannique, Cloudy Heads, emmené par le chanteur Ian Robertson et une folle équipe de rockeurs quasi vintage (Clément à la batterie, Baptiste à la guitare et au clavier, Théo à la basse). Le premier morceau, Yellow To Grey, est une longue chanson introductive de plus de six minutes qui rappelle le rock mélodique (et pas si progressif) des années 70. Les guitares dégoulinent pas mal et on se dit qu’on va s’embarquer dans un drôle de voyage régressif et qu’on a de la chance si on ne finit pas l’écoute avec de longs cheveux sur les épaules et un tee-shirt bas de gamme à tête de loup sur le poitrail.

Heureusement pour nous, le reste, s’il ne sonne pas beaucoup plus moderne, nous offre un joli voyage dans un indie rock aussi solide qu’archétypal.  Clarify Your Intentions est un titre plein d’énergie et assez sympathique, qui a de faux airs de Radiohead des premières années, avec quelques qualités mais aussi plein de défauts. Le morceau est enlevé, porté par un joli refrain et procède par rebond. On n’en fera pas notre titre de chevet mais c’est assez bien fait. Les musiciens sont sérieux et la voix du chanteur est plutôt pas mal. Il y a néanmoins chez Cloudy Heads une manière de tirer un peu trop sur le manche et d’appuyer ses effets qui est trop insistante pour l’époque et qui confère à l’ensemble un côté désuet. Blue prolonge l’effet de familiarité avec le groupe d’Oxford. Le morceau est plus économe, plus blues et s’impose comme l’un des plus intéressants du disque, dans sa manière d’exploser en vol. On est pas tout à fait certain qu’il ait été nécessaire de l’étirer autant mais ce troisième morceau laisse entrevoir le beau potentiel du groupe, qui s’affirmera par la suite sur le très chouette Guess I’m Losing, mélange de pop sautillante et de air guitar… avec une guitare. Cloudy Heads s’affranchit ici des chapelles pour produire un rock californien « à l’anglaise » dont on ne situe plus trop, ni l’époque, ni les influences. Le titre s’envole, s’aère et laisse dérouler ses motifs comme s’il s’agissait d’une pure improvisation. Il y a une belle liberté qui s’exprime ici et rend le disque sympathique.

It is What It Is laisse parler un piano qu’on avait pas autant mis en avant auparavant et explore un espace mental et psychédélique, autour d’une progression bien menée, dont les contours sont incertains mais passionnants. Le jeu de basse est épatant sur What Now?, petite pépite de rock amoureux ensommeillé. Le final est assez convaincant avec un autre titre très Radiohead, Easy, le puissant The Belly of The Whale, sorte de morceau math rock déviant très bien fait, et l’amusant See The Albatross dont on adore la séquence sonique.

Il y a sur ce Back To Equilibrium, un petit côté Pablo Honey mal dégrossi, mal défini mais très prometteur qui invite à la réécoute. Est-ce qu’il y a ici un petit truc en plus ou quelque chose qui n’ira jamais au bout ? Il est trop tôt pour se prononcer mais Cloudy Heads réussit son entrée en matière et pose les bonnes questions.

Tracklist
01. Yellow To Grey
02. Clary Your Intentions
03. Blue
04. I Wish
05. Guess I’m Losing
06. It is What It Is
07. What now ?
08. The Belly of The Whale
09. Easy
10. See The Albatross
Cloudy Heads - Back To Equilibrium

Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, ,
More from Benjamin Berton
Viot décoche sa première flèche
On se demandait vraiment quand le premier album d’Adrien Viot pointerait le...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *