Comeback de l’été : Paper Birch, le nouveau projet de Fergus Lawrie

Paperbirch - Morning HairwaterOn avait quitté l’an dernier, à peu près à la même époque, l’ancien Urusei Yatsura, Fergus Lawrie, avec une clause de revoyure. Le chanteur guitariste, en retraite de son Projekt A-ko, nous expliquait lors d’une interview XXL ce qu’il envisageait pour la suite mais n’avait pas nommé l’imminence, à l’échelle ralentie de l’Écossais, d’un nouveau projet qui aboutit cet été sous la forme d’un premier single et, à venir d’ici quelques jours, d’un premier album.

Le nouveau groupe s’appelle Paper Birch et s’organise autour de Lawrie et de Dee Sada, chanteuse musicienne londonienne. La jeune femme sévit depuis dix ans dans un champ rock expérimental, à travers les groupes NEUMES ou le plus noise An Experiment On A Bird In The Air Pump. L’album du groupe, Morninghairwater, sortira sur le nouvel label digital, TAKUROKU, associé au café et à la salle de concert à la mode, OTO.  Composé à distance et pendant le confinement, l’album comprendra 9 chansons qui si elles sont aussi bonnes que le premier extrait, Summer Daze, devraient constituer un album remarquable.

Paper Birch évolue dans un registre noise/drone qui s’enrichit de l’expérience des deux protagonistes. La texture est suggestive, l’ambiance hypnotique et le climat oppressant. Il exprime à merveille la tension et l’angoisse associées à la période de confinement. Ce sentiment d’irréalité et de présence fantomatique d’un réel suspendu est renforcé par le clip tourné par le réalisateur écossais Grant Mc Phee, auteur notamment du très beau film d’horreur, Far From The Apple Tree, et du non moins remarquable documentaire, Teenage Superstars. Paper Birch rappelle les débuts hantés de My Bloody Valentine mais fait écho également et surtout aux travaux de Lawrie avec l’écurie Korovox Sounds, au travers du projet Angel of Everyone Murder. La production est brute, dans la lignée d’un Steve Albini qui a jadis croisé la route de l’Anglaise.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Sophia – Holding On / Letting On
[The Flower Shop Recordings]

On y va comme on entrerait dans une cathédrale. Le regard balaie...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *