Rubrique Bien-être : Les Vulves Assassines sauvent la rentrée

Les Vulves assassines - Bien-êtreLa rentrée est souvent une purge, après la coupure estivale. La vie redevient compliquée entre le bronzage qui ne tient pas, les gamins qui ne foutent rien, le professeur de latin qui demande un cahier introuvable, les fiches de renseignement à remplir en série, le retour du chef ahuri et la libido qui plonge. Heureusement, cette année, on peut se refaire facilement la cerise en écoutant cet hymne feel good et bêbête pop des  Vulves Assassines, le groupe 100% bio(nique) le plus percutant de la France macronienne. En attendant la sortie plus tard dans le mois de leur album, Godzilla 3000 (featuring les hits J’aime la Bite Mais Pas la Tienne, Chômeur Branleur et Colis Suspect), les Vulves proposent de se remettre au sport façon Véronique et Davina, cure de jouvence et baies de goji, avec ce single pétillant et haut en couleurs, Bien-être. Le titre n’est pas ironique pour deux sous : avec des jus de fruits, un peu d’exercice physique, une alimentation soignée et quelques séances de scientologie ou de développement personnel, l’homme moderne a de bonnes chances de s’en sortir vivant avant la montée des eaux. Les exercices proposés par les Vulves Assassines sont simples et peuvent être réalisés à peu près partout : dans un champ, une voiture électrique ou des toilettes publiques. Ils constituent aujourd’hui la meilleure opportunité, voire la seule, d’entrer en lutte contre le néo-libéralisme, la malbouffe et le conservatisme mais aussi de parvenir à rester productifs jusqu’à 70 ans.

Ce que rappellent opportunément DJ Conant, MC Vieillard et Sam à la guitare, pour faire simple, c’est qu’un corps sain est la clé d’un esprit mal tourné. Le groupe rejoint ainsi, dans l’expression d’une joie désespérée (mais digne), la grande vague méta et synth pop française lancée au printemps avec Schlass et Angle Mort. Féminin, offensif, ironique, fulgurant, les Vulves est aussi le groupe le plus nettement politique du lot, prenant des positions téméraires et décisives sur la plupart des sujets (le chômage, l’IVG, la baise) qui intéressent la France d’aujourd’hui. Les punchlines font mouche dans un mélange confu(ciu)s de dance music, de pop, rap et drum n’cumbia. Au point où on en est, on ne fera pas la fine bouche en disant que ces nouveaux machins emportent les genres comme des ouragans débilitants et s’écoutent parfaitement sur le dernier Iphone. Les Vulves sont des sœurs de lutte. La Fête de l’Humanité ne s’y est pas trompée puisque le groupe se produira sur scène au Parc Georges Valbon de la Courneuve, le vendredi 13 septembre, s’offrant au passage la release party la plus cool, branchée et bien fréquentée de France.

En attendant de se mesurer à Godzilla 3000, Bien-être est disponible gratuitement et sur tous les réseaux serviles.

Note du rédacteur : On mettra toutefois un mauvais point au groupe qui, sur son album, balance éhontément sur le passé nazi de Horst Tappert dans une chanson nommée Derrick dont le refrain est Derrick Nazi. Ok, Horst s’est bien enrôlé en 1943 dans la division Waffen SS Totenkopf pour une excursion sur le front russe, parmi les anciens matons de Dachau. Il a ensuite tenté (avec succès) de dissimuler cette affaire jusqu’en 2008, date de sa mort mais il n’est pas prouvé que le Prince des EHPAD ait été une führerista absolue. Et puis c’était Harry le meilleur comme chacun sait. Toucher à Derrick, c’est salop.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Camp Claude : le clip jeu-vidéo qui se danse sans les mains

Chaque sortie de Camp Claude semble destinée à nous rendre accros. On...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *