Copie Sans Forme : un nouveau morceau ligne claire pour TOOOD

TOOOD - EtherLe groupe TOOOD (This Obscure Object Of Desire, pour ceux qui ont raté les épisodes précédents) est de retour avec un nouvel EP, Ether (en écoute ci-dessous), qu’on n’a pas encore exploré à fond. Celui-ci est sorti fin septembre et porté par un single, dont le clip à la facture graphique très soignée est comme toujours signé Seb Houis.

Copie Sans Forme ne reprend pas exactement les choses là où le groupe les avait laissées. TOOOD nous avait habitué à évoluer dans un territoire bien balisé même si mouvant où se côtoyaient dream pop, shoegaze, électro pop et des influences vaguement gothiques et à l’élégance redoutable comme les Cocteau Twins. Le nouveau morceau bénéficie d’une production plus claire, plus lisible et d’une orientation mélodique plus tournée vers la pop et la chanson française. Le groupe a su garder dans cet essai un mystère et une complexité sonore qui rend la chose intéressante et permet à la voix d’Astrid Karoual de conserver son charme vénéneux.

Le propos lui-même reste tortueux et un brin hermétique. Les résonances variété sont contrecarrées et enrichies par des images troubles et une profondeur assez chouette dans l’introspection désorientée. Le clip en faux négatif forestier renvoie à de vieilles images curistes, époque Faith, qui viennent nourrir le charme du projet sans véritable intentionnalité on l’imagine. Du coup, on se laisse bercer et entraîner dans ce voyage comme si on entrait en immersion dans la psyché d’une sirène ou plutôt d’un faune en crise.

Au final, Copie Sans Forme témoigne de la vitalité du duo, de sa capacité à évoluer sur ses bases et à proposer une musique plus mainstream susceptible, sans doute (et on l’espère) de gagner un public plus généreux. Sur la foi de ce seul titre, c’est fait avec beaucoup d’intelligence et une rigueur qui honore le groupe. Preuve aussi qu’on peut polir le son sans perdre en aspérités.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

[Instantanés#1] – Quand Hayden voyait les choses Bad As They Seem (1995)

Notre rapport à la musique est fait de fils qui nous relient...
Lire la suite

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *