Dès ses premiers pas, Violence est au Rendezvous – à moins de se perdre en route

ViolencePour ceux qui douteraient de l’utilité de suivre les recommandations des passionnés qui ratissent la toile à la recherche de nouveautés musicales, on les invite à taper “Violence” dans leur moteur de recherche préféré et compter le nombre de pages balayées avant de tomber sur le groupe qui nous intéresse ici. Les plus taquins pourront compléter en ajoutant “Rendezvous” du nom de leur premier single (mieux vaut activer le contrôle parental pour les plus prudes).

En d’autre temps, le quintette danois aurait pu bénéficier des conseils d’un directeur artistique qui leur aurait certainement expliqué également que le choix de ce patronyme (qui doit paraitre exotique pour des Scandinaves) était une hérésie en termes de référencement et d’identification. Mais bon, soit, après avoir œuvré quelques temps sous le nom de WOES (ce qui annonçait la couleur), ces garçons ténébreux ont opté depuis trois ans pour la noyade numérique.

Pourtant ils auraient pu opter pour Soft Violence, ce qui aurait été plus en phase avec leur univers qu’on découvre à la faveur de leur premier single et leur aurait assuré un rapprochement algorithmique avec Soft Kill qui n’aurait pas été usurpé. Le groupe assume cette proximité de son et de style et avance également comme références Cold Cave (pourquoi pas) et Wild Nothing (??) et plus certainement The Cure période Disintegration. Autant dire que l’ambiance n’est pas à la bamboche mais plutôt à un romantisme particulièrement sombre avec ces notes de guitares qui s’égrènent comme des poignards dans les interstices d’une rythmique puissante. La tonalité est confirmée sur 133, Concrete (titre qui peut vous emmener via Google sur le site de Bricomarché ou celui des parfums de Jean-Paul Gaultier) second single de leur premier album à paraitre, Area Sub Rosa et pour lequel on cherche toujours des informations, bien évidemment !

close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots-clés de cet article
, , , , ,
Ecrit par
Plus d'articles de Denis
Giardini di Mirò / Rapsodia Satanica [santeria]
English version below. Parfois, emporté par la profusion des productions du moment,...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *