Girlpool boit le bouillon

Girlpool - What Chaos Is ImaginaryLeur album What Chaos Is Imaginary sorti chez Anti-Records n’est pas mal et on avait jusqu’ici plutôt apprécié les ambiances cafardeuses et mélancoliques, mais surtout la production grungy-queer-ultra-branchouze-façon-brunch-en-terrasse du duo Girlpool depuis leurs débuts il y a 4 ou 5 ans. Mais la mise en ligne de la vidéo de Minute in Your Mind, leur nouveau single, nous a quelque peu refroidi.

Est-ce bien ce qu’on veut écouter ? Ce machin n’est-il pas devenu plus chichiteux que vraiment pertinent ? Cleo Tucker (qui a entrepris depuis sa transition female to male) et Harmony Tividad restent parmi les filles les plus cool de Los Angeles, modernes, progressistes, sexy et poétiquement gothiques. Mais c’est l’affectation et la préciosité qui l’emportent sur la mélodie et l’impact de l’interprétation lorsqu’on écoute ce morceau et surtout qu’on regarde le clip. L’image est volontairement rendue floue, la mise en scène est grotesque au point de ressembler à un clip parodique des Années 80 ou à une mauvaise bande son synth-pop. Le discours des deux filles ne les rend pas plus sympathiques : alors qu’on avait vu en elles les héritières d’un My Bloody Valentine des premiers temps revivifié, on tombe sous un brouet mièvre et sans ressort qui explore et illustre prétentieusement de supposées réflexions sur la fluidité, l’harmonie et la recherche du chaos.

Il ne faut pas tout condamner ici : Girlpool garde une vraie capacité à créer une atmosphère et à tisser une ambiance vaporeuse. Il ne faudrait pas que le groupe se change au fil du temps en machine à brouillard. Le duo a toujours pris soin d’évoluer et de changer son cahier des charges album après album. Le changement de sexe de Cleo a déjà amené le groupe à réinterpréter son ancien catalogue pour prendre en compte la mutation de la voix de la jeune femme. On peut espérer que le groupe se concentre sur d’autres objectifs moins abstraits et retrouve le jus d’antan plutôt que de se perdre dans son flux de conscience.

Mots-clés de cet article
, , ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Bombay Bicycle Club roule encore : tout est bien qui finit mal

On croyait que la joyeuse bande de Jack Steadman avait fini par...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *