Krrum : le génie barbu qui aime l’amour (et la Corée ?)

Krrum - Still LoveOn en a déjà parlé il y a quelques mois mais cette fois, la messe est dite : on est fous de Krrum, le génie de l’électro-soul anglaise déviante et follement amoureuse. Avec ses poses plastiques et ses costards coréens, Krrum ressemble au vague mélange stylé de Luka Karabatic (le joueur de hand et membre de la confrérie des barbus associés) et de Kim Jong-Un. Il est costaud, un peu rouquin et il a de grosses lunettes. Ce n’est pas un Apollon sur le papier mais quelle voix, quelle inspiration et surtout quel talent pour recomposer/concasser les influences soul et électro.

Il y a plus de créativité dans ce Still Love, troisième extrait complètement dément d’un album à venir, que dans le slip kangourou de Kanye West. L’électronique est à la fois pétillante, séduisante et d’une irrégularité savoureuse, comme si Krrum s’appliquait à développer les canevas et grilles secrètes d’Aphex Twin sur des schémas venus de la Motown des années 60. Ce qui frappe ici, outre l’émotion redoutable qui se dégage de l’interprétation du titre, c’est bien la dimension exploratoire de cette soul 4.0, rénovée et inventive. La surprise est au coeur du projet, déjouant les suites d’accord traditionnelles pour insuffler à l’ensemble un sentiment de délicieuse insécurité, renvoyant aux jeux incertains de l’amour et du hasard. Originaire du Derbyshire, Krrum (Alex de son vrai nom) est associé à un copain de fac, rencontré à Leeds, sur la plupart de ses morceaux. Le projet est donc techniquement un duo, même si Alex/Krrum est bien au cœur du processus créatif. Pour ceux que ça intéresse, le nom du groupe/bonhomme (on avait raté ça la première fois) vient de ses premiers pas dans le monde du travail. Le gaillard travaillait dans une boucherie où le Krrum (crum probablement) désigne une viande informe et mal identifiée. Pas forcément glamour pour un chanteur de charme… mais tout à fait approprié pour désigner cette musique d’un genre nouveau qui oscille entre les genres et les intentions.

Comme à chacune des livraisons du bonhomme, on a vraiment hâte de voir où tout cela va nous emmener. On vous aura prévenu à plusieurs reprises : possible que ce gars emmène le genre dans une direction qui nous échappe encore. Mi-electro, mi-hip hop, mi-soul. Tout pop. Et ça fait 3 demies ? Rien que ça.

Krrum – Hard On You

Krrum – Evil Twin

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Chris Conde : le dernier gay avant la fin du monde

Auteur d’un premier album de hip-hop très remarqué, le texan Chris Conde...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *