Oxmo Puccino / La nuit du réveil
[All Points / Believe]

6.9 Note de l'auteur
6.9

Oxmo Puccino - La nuit du réveilOxmo Puccino est passé maître dans l’art de ralentir le tempo. Cet album, mûri pendant plusieurs années, après un enchaînement effréné de concerts et d’albums, est d’une lenteur et d’une langueur que bien peu de rappeurs français pourraient s’offrir. L’entrée en matière, le droit de chanter, se traîne à deux à l’heure sur plus de trois minutes et ressemble à un de ces machins afro-cubains chantés par des grands-pères tortues à l’heure de l’apéro. C’est peut-être le ticket d’entrée dans un rap de l’intelligence et du bon mot qui s’arrête sur tout ce qu’il rencontre et semble éprouver à chaque instant son propre rapport à la réalité. Le morceau est porté par une trompette à la Miles Davis qui donne une couleur vespérale au disque.

Oxmo Puccino est un refuge dans un monde qui accélère, une station où les gros mots ne s’arrêtent pas et où l’on donne l’impression de passer sa vie au crible avec lucidité et recul, de promouvoir les vraies valeurs et de s’intéresser aux êtres humains. Les textes sont énormes tout du long : succession de punchlines anticapitalistes, anti-superficialistes, mais aussi de visions poétiques et empreintes de sagesse. La nuit du réveil n’en est pas pour autant un album de vieux beau. Peuvent pas est un titre incisif et qui ne fait pas de quartier. La peau de l’ours est d’une intelligence extraordinaire, impeccable dans son écriture et son interprétation. « Il y a ce que les gens disent et ce que les gens font. Ils descendraient la tour de Pise en ski de fond. Qui a la mise ? Oui, le biffeton. Ils ont tous la peau de l’ours», chante le rappeur mi-amusé, mi-philosophe. Oxmo parle de la vie avec bonheur : l’herbe sur Social Club, de sa propre naissance sur Le Nombril, où il envisage le monde depuis le ventre de sa mère, ou encore bilan existentiel sur Ma Life, en compagnie d’un Orelsan souverain. La nuit du réveil est l’album d’un homme qui n’ouvre qu’un œil à la fois et dort au pied du baobab. Oxomo Puccino a 1000 ans et la sagesse à l’avenant. Les productions sont solides, signées par le compère Eddie Purple, compagnon de route au long cours, Phazz et quelques autres.

Certains morceaux fonctionnent un peu moins bien (un Ali Baba tiré par les cheveux, ou le mollasson A Ton Age) mais on reste épaté par les qualités d’écriture du Bison et par sa capacité à faire rentrer ses vers au chausse-pied dans un flow dérythmé et presque à l’arrêt. Flèche épistolaire n’est pas si simple à suivre. 10 000 se moque de la dictature du chiffre dans nos vies. L’album perd un peu d’impact sur son dernier tiers. Le faux rythme nous gagne et nous fait peu à peu sortir du disque. On passe à côté de Trop d’amour et on trouve Le Réveil plus laborieux que d’habitude. Il faut la beauté poétique et Rnb d’Horizon sensuel pour qu’Oxmo dévoile une autre facette de son art : la séduction. On se souvient que ce n’est pas sa première incursion dans le rap sensuel et érotique. Le titre est splendide, indispensable même.  Parce que la vie, avec le featuring rafraîchissant de Gaël Faye, fonctionne bien et amène un peu de variété dans un ensemble qui avait tendance à ronronner.

La nuit du réveil est un disque plus précieux que réellement emballant. Dans la lignée des précédents, il définit un espace d’intelligence et de réflexion où le verbe et les valeurs se renvoient la balle, tout en touchant à une forme de beauté placide. C’est à la fois généreux, plein de grâce et souvent prévisible, précis et séduisant mais parfois plombant dans la durée. Oxmo Puccino est le rappeur adulte qui justifie tous les autres, le rappeur indispensable auprès duquel il fait bon se ressourcer entre deux attractions contraires, une possibilité extraordinaire dans un monde ordinaire, une exception française.

Tracklist
01. Le droit de chanter
02. Peuvent pas
03. Social Club feat Caballero & Jeanjass
04. La peau de l’ours
05. Le nombril
06. Ma life feat Orelsan
07. Ali Baba
08. A ton âge
09. Flèche épistolaire
10. 10 000
11. Trop d’amour
12. Le réveil
13. Horizon sensuel
14. Parce que la vie feat Gaël Faye
15. Je reviendrai pas
Écouter Oxmo Puccino - La nuit du réveil

Lien
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Leonard Cohen / Thanks for The Dance
[Columbia Records]

Après l’album des adieux en 2016, You Want It Darker, voici l’album...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *