Morrissey avec ou sans nouvel album sera en concert en France dès mars 2023

Morrissey Tour 2023Dans l’infâme bordel qu’est aujourd’hui la carrière de Morrissey, l’annonce faite ce matin sur le site officiel de l’ancien chanteur de The Smiths fait figure de bonne nouvelle et d’une première pierre visant à rebâtir l’édifice. Morrissey sera bien en tournée européenne en 2023, et passera en France en mars avec des dates parisiennes, lyonnaises et strasbourgeoises. On ne sait pas en revanche si le Moz sera accompagné ou pas… de son nouvel album ou de celui d’après !

Alors qu’il semblait avoir un contrat en poche avec Capitol Records pour sortir son tant attendu Bonfire of Teenagers, l’édifice s’est rapidement effondré sans qu’on sache pourquoi. Est-ce que la tournée américaine 2022, qui suivait elle-même un premier round très réussi en Angleterre, a pesé dans la balance ? Bien qu’artistiquement plutôt triomphale, cette tournée a été marquée par de mystérieuses annulations qui ont renforcé l’idée selon laquelle Morrissey serait un artiste peu fiable et donc peu bankable. Morrissey se serait-il précipité dans l’annonce du deal alors que celui-ci n’était pas signé encore ? Toujours est-il qu’après avoir tergiversé sur la date de sortie : février étant repoussé à un « plus tard » qui s’est changé en un « plus jamais » marqué par un divorce énigmatique mais tout de même fracassant/fracassé des deux parties.

Alors que sortait un premier single et que les ondes en lâchaient un second, la sortie sur Capitol s’éloignait. Morrissey annonçait de son côté par la voix de son neveu Sam, rendu responsable par de nombreux fans de cette stratégie illisible et chaotique, en plus d’être graphiquement sinistre, que Morrissey… allait entrer ces jours-ci à nouveau en studio pour capturer le successeur d’un album qui n’était pas encore sorti. Difficile de faire plus nul, dans un grand mouvement qui est aussi amateur que suicidaire.

Cerise on the cake, Bonfire of Teenagers s’accompagnait d’un dernier pataquès avec la demande d’une Miley Cyrus (venue faire l’appoint aux chœurs sur un ou deux titres, comme Iggy Pop et quelques autres), présentée comme une fan ultime du Moz, qui demandait (pressée par sa maison de disques ou pas, pour des raisons politiques ou pas, chagrinée par la publicité qu’on lui faisait ou pas) qu’on retire officiellement sa contribution du disque. Vous n’avez rien compris à tout ça ? C’est normal. Entre ses déclarations maltapropos, ses couacs de com et ses critiques répétées contre tout ce qui peut faire l’opinion et une carrière musicale, Morrissey pratique une politique mal maîtrisée de la terre brûlée qui s’apparente à un saut dans le vide depuis une falaise en donnant la main à la sœur de Shakespeare.

Bonfire of Teenagers ou pas ? La tendance est plutôt au pas actuellement mais le disque pourrait tout aussi bien sortir demain. En attendant, on en retrouvera sans doute plus d’une moitié des titres sur scène en mars. Avec le retour d’Alain Whyte à ses côtés, guitariste et compositeur de ses plus belles années solo avec Boz Boorer, le groupe est en place et plutôt meilleur que dans sa précédente configuration. Comme les chansons sont bonnes et la voix divine, on devrait assister (sauf catastrophe) à 1H20 de bon rock pour papys indé. Pas sûr que ce soit là que l’avenir du genre se joue, mais la fidélité n’a pas de prix.

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
, , ,
More from Benjamin Berton
Pour la Saint-Valentin : je fais l’amour en écoutant Rod Stewart sinon rien…
Il y en a qui préféreront toujours Benjamin Biolay mais pour la...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *