Pascal Pinon / Sundur
[Morr Music / La Baleine]

7 Note de l'auteur
7

Pascal Pinon - SundurPascal Pinon. Si ce nom ne vous parle toujours pas, c’est que vous n’êtes décidément pas familier avec le label berlinois Morr Music. Depuis plusieurs années déjà, Thomas Morr a développé un attrait tout particulier pour les artistes islandais. Pascal Pinon fait partie de cette écurie (tout comme Sin Fang qui sortira son quatrième album le 16 septembre sur ce label et sur lequel on retrouvera, notamment, Jonsi de Sigur Ros). C’est d’ailleurs le troisième opus des deux sœurs Ákadóttir pour cette maison de disque.

Quatre ans séparent le merveilleux Twosomeness du tout frais Sundur. C’est dire si l’attente fut longue.  Mais elle ne fut pas vaine. Les jumelles ont pris le temps nécessaire avant  d’accoucher d’un  disque rayonnant même si sans réelle surprise. Sundur n’a rien à voir avec le soleil. Cela signifie séparément, écarté. La pochette illustre d’ailleurs très bien ce propos avec cette photo affichant la moitié des visages des deux protagonistes.  La musique de Pascal Pinon évoque inévitablement l’Islande, déjà par le timbre vocal des chanteuses, mais aussi avec cette musique fatalement brumeuse. Sundur débute avec Josa & Lotta et son piano délicat comme une journée qui commence avec cette lumière qui chasse le noir de la nuit sans toutefois se montrer tout à fait lumineuse. Les voix des deux sœurs se conjuguent à merveille et apportent une vraie sérénité à l’écoute de cette chanson. Les filles enchainent avec 53. A tendance acoustique, la chanson s’évade de l’univers musical dans lequel elles excellent tout particulièrement. Car ce qu’on aime avant tout chez Pascal Pinon, c’est la simplicité. Quand elles s’essayent au côté électro bricolo, elles s’en sortent avec plus (Forest) ou moins (Fuglar) de succès. On peut d’ailleurs considérer que ces trois chansons résument parfaitement l’état d’esprit de Pascal Pinon. Sans jamais sombrer dans l’ennui, elles déclinent leurs onze compositions à travers des sonorités douces et lentes, parfois teintées de résonances émanant d’une boite à musique ou d’un xylophone. Elles atteignent notamment un sommet le temps de ‘Spider Light, parfait instrumental. Lumineux d’ailleurs comme son titre l’indique. Ast évoque Björk dans sa structure, du temps où cette dernière faisait encore simple musicalement parlant. Les deux sœurs disparaissent comme elles sont arrivées, sur la pointe des pieds,  avec Weeks sur lequel elles posent  leurs voix au son d’un thérémine.

On regrettera peut-être le manque d’audace des sœurs Ákadóttir. En effet, celles-ci ne s’éloignent pas des éléments qu’elles maîtrisent. Cependant, on ne peut pas leur reprocher de ne pas bien le faire. Sans surprises donc Pascal Pinon réussit à nous séduire avec Sundur et ses moments gracieux. Gageons toutefois que leur prochain album qui sortira probablement pour leur dixième année d’existence s’avérera un tant soit peu plus impertinent.

Tracklist
01. Jósa & Lotta
02. 53
03. Forest
04. Skammdegi
05. Fuglar
06. Spider Light
07. Orange
08. Twax
09. Babies
10. Ást
11. Weeks
Écouter Pascal Pinon - Sundur

Liens
Mots-clés de cet article
, , ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Emmanuel

[Interview] – Sophia : sept ans de réflexion

Sophia est devenu trop rare. Seulement deux petites dates de concert en...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *