Radical Face ne change rien (et c’est tant mieux)

la carte intime de Radical FaceDepuis la parution de Ghost en 2007 sur Morr Music, on admettra sans peine n’avoir suivi les aventures de Ben Cooper sous l’entité de Radical Face que de très loin, sous le (mauvais) prétexte que ce premier album se révélait bien moins passionnant que les disques réalisés en duo avec Alex Kane sous le nom d’Electric President (trois albums au compteur, dont le dernier, The Violent Blue, en 2010).

Depuis le bonhomme s’est pourtant lancé dans une passionnante trilogie pour évoquer sa propre histoire familiale et les vicissitudes de la vie, quelque peu enjolivées probablement pour lui prêter une dimension romanesque comme il se doit, mais ce type a eu un parcours digne d’un héros de Zola. Il illustre tout ceci avec une carte de sa géographie intime.

L’album The Leaves clôturera The Family Tree le 25 mars, qui compte déjà The Roots (2011) et The Branches (2013), le tout pour le label Nettwerk – qui a alloué semble-t-il de substantiels moyens à l’Américain depuis que / grâce à / pour que (rayez les mentions inutiles selon ce que vous imaginez de la stratégie commerciale de la maison de disque) la chanson Welcome Home ait été utilisée pour divers spots publicitaires – voir le lien ci-dessous pour vous rafraîchir la mémoire.

Mais foin de mégotages extra-musicaux, cela ne doit en rien altérer la perception du talent de composteur du barbu. Bon, certes peu ou prou, Radical Face utilise systématiquement les mêmes éléments et même astuces qui en font, en quelque sorte, une version gentille et bucolique de Pinback : une guitare acoustique en mode mineur, des cordes sensibles mais qui restent suffisamment prudes pour ne pas verser dans le lacrymal, et une rythmique syncopée façon claquement de main. Pour le chant, Ben Cooper maîtrise à merveille les effets de sa voix de tête et les astuces de production – on a souvent l’impression qu’il fait à lui seul le chant principal et les chœurs.

Secrets, avec sa vidéo onirique, reprend tout ceci de belle façon : une belle chanson qui gagne en tension par l’ajout d’un violon. Cela devrait un bon petit disque à écouter le dimanche matin en famille.

Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Pan•American / A Son
[Kranky]

Quand nos vies – qui passent trop vite pour qu’on en prenne...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *