Pauline Drand joue le superbe Astre Clair à la Cité internationale des arts

Pauline Drand à la Cité internationale des arts

En résidence depuis quelques temps à la Cité internationale des arts, Pauline Drand œuvre au successeur du beau Faits Bleus.

La chanteuse que nous abordâmes jusque là composait à la guitare. C’est au piano désormais qu’elle ouvrage ses chansons. La première d’entre elles, de dentelle et romantique, fut déposée au sein d’une compilation initiée par La Souterraine et nommée Popklore. Souvenez-vous.

Pour la première fois cette chanson, l’une des plus belles entendues cette année, s’échappe de son écrin digital pour retrouver son auteure à l’auditorium de la cité. La jeune femme, toute de noir vêtue, l’interprète bien sûr au piano, un Bösendorfer ½ queue qui la porte à merveille.

On est beaucoup à être fous, mais pas assez encore à portée aux nues cette artiste singulière et exigeante, au charme et à la voix atemporels.

Si vous souhaitez découvrir comment se passe le séjour de l’artiste à la Cité internationale des arts, alors prenez le temps d’écouter ce podcast de Magic (début du reportage à 50e minute).

Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots clés de l'article
,
Ecrit par
More from Beecher
La très jolie Statuette d’Emily Haines & The Soft Skeleton
Cela doit bien dix ans qu’Emily Haines n’a pas proposé d’album enregistré...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *