Requin Chagrin à contre-courant

Requin ChagrinAvec son style si singulier de ce côté-ci de la Manche (du shoegaze en français ? de la chanson française délayée dans un océan de guitares cotonneuses ?), on craint que le premier vrai-faux album de Requin Chagrin paru au tout début de l’année n’ait pas été accueilli comme il se doit.

Pourtant, Marion Brunetto, accompagnée d’un groupe aussi efficace que discret, mériterait bien les égards qu’on réserve aux artistes rares et précieux. Porté par une thématique aquatique, Sémaphore publié sous licence KMS Disques, le label fondé par le leader d’Indochine (avec l’appui de Sony, c’est dire les espoirs placés en la jeune femme) est une ode au romantisme adolescent. Pour autant, malgré une sensibilité poisseuse, presque maladive, rien n’est mièvre ici. Sur fond de guitares carillonnantes et portés par une batterie à contretemps avec une régularité remarquable, les mots de l’ordinaire ont ici une résonance poétique et évocatrice qui laisse l’auditeur y projeter ses propres troubles.

Abysse de cet album au grand large, Rivières a été choisi comme troisième single (après Mauvais Présage et Sémaphore). Il est en toute logique affublé d’une vidéo waterproof.

Mots-clés de cet article
, , , ,
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Suivre le chant des sirènes avec Land of Talk

En 1994, Heather Nova s’impose comme notre muse le temps d’un été,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *