Requin Chagrin / Bye Bye Baby
[KMS Disques / A+LSO / Sony Music]

9 Note de l'auteur
9

Requin Chagrin - Bye Bye BabyMarion Brunetto a décidément décroché la lune. Troisième album, troisième rêve enchanteur : la fée céleste d’Adélaïde et de Ciao Rubello poursuit son étrange voyage au royaume d’une dream pop aussi contemplative que parfaitement enjouée, aussi vintage que génialement contemporaine. Car sans vraiment délaisser les attributs originels de Requin Chagrin (sonorités Felt, nappes synthétiques qui brisent les cœurs, basse chaleureuse), la chanteuse-guitariste, avec ce Bye Bye Baby littéralement ensorceleur, paraît de plus en plus s’extraire de toutes contingences bassement terrestres.

Bye Bye Baby, qu’est-ce donc ? Une invitation à migrer vers les étoiles. Des mots bleus qui donnent envie d’embraser la vie à pleines dents. Le fantôme d’Emily Brontë accordant bénédiction à un synthétiseur 80’s. Une dame en robe blanche qui danserait au bord d’une falaise en s’infusant le Faith de The Cure. Du romantisme exalté par les saveurs de la vie nocturne. Primitive Painters alangui par Sensitive. Le Velvet Underground contemplant les premières vagues de l’océan. Une lettre d’adieu écrite avec des mots d’amour. Requin Chagrin en 2021 : rêver ailleurs, fantasmer l’Eden, plus haut que le ciel. Charlotte Sometimes, que devenais-tu ?

L’auditeur se perd dans les imaginaires pour une raison simple : toutes les idées musicales à l’œuvre dans ces dix titres sont excellentes. Rien ne cloche. Rien n’offusque. De Première Vague à Roi du Silence, Marion Brunetto est sous influence divine : les claviers arrache-cœur de Déjà Vu, le refrain tétanisant de Bye Bye Baby, les mélodies chagrines de Juno, le solo de guitare à la Maurice Deebank qui conclut Volage (grosse émotion)… Et puis il y a cette voix flottante dont l’apport des réverbes ne fait qu’accentuer la poésie des mots et des phrases énoncés. Qu’importe si le secret des paroles échappe parfois à l’auditeur. Il suffit à la compositrice d’associer les contraires (“J’irai voir ce qui ne se dit pas”) ou de se questionner (“A cent mille à l’heure j’ai brisé ton cœur, mais qu’est-ce qui m’a pris ? ”) pour que la texture lexicale agisse sur l’inconscient de chacun. C’est le propre des grands artistes : faire comprendre ce qu’ils ne disent pas. Bye Bye Baby ? Requin Chagrin d’amour.

Tracklist
01. Première Vague
02. Déjà Vu
03. Nuit B
04. Bye Bye Baby
05. Juno
06. Fou
07. Volage
08. Love
09. Perséides
10. Roi du Silence
Écouter Requin Chagrin - Bye Bye Baby

Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Mots-clés de cet article
, ,
Ecrits aussi par Jean Thooris

I Wanna Hold Your Hand (1978), la Beatlemania selon Robert Zemeckis

Je n’avais bizarrement jamais vu I Wanna Hold Your Hand, le premier...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *