Sebadoh en bonne forme sert la cause complotiste

Sebadoh - Act SurprisedAprès Celebrate the Void (le meilleur titre de… Stephen Malkmus sans Stephen Malkmus depuis la chute de la maison Pavement) et Stunned (un pseudo grunge emballant), Sebadoh a livré, il y a quelques semaines, un 3ème extrait de son nouvel album, Act Surprised, qui sort le 24 mai chez Dangerbird Records et Fire Records. Cette fois, c’est le bassiste Jason Loewenstein qui tient la tête d’affiche et occupe le devant de la scène sur le clip. Lou Barlow est invisible pour ce morceau très alt.rock (entendre une catégorisation « indie pour les vieux » à l’américaine). Le titre est solide, enregistré avec ce même son un peu brut et traînant qui caractérise le groupe. Les guitares ont bien entendu la priorité, tandis que le faux rythme rappelle clairement le jeu de guitares écrasé de l’autre groupe ami/ennemi Dinosaur Jr.

Le texte de Raging River paraît lui-même assez rétro et ambigu, puisque (si on a bien compris) le chanteur appelle de ses voeux une sorte de rivière rageuse qui viendrait enfin laver l’Amérique de ses péchés (et de ses trous du cul). « You can say it ain’t so/No light no shadow/Things they don’t want to know/Got the tin foil hats on. », entend-on, ce qui donne l’impression d’une dénonciation (ou pas) des tentatives de manipulation des faits qui font désormais l’ordinaire de notre cirque médiatique. En France, on se poserait certainement la question de savoir si ce genre de morceau « fait ou non le jeu du Front National », mais pas aux Etats-Unis où Raging River renvoie bien à une forme d’esprit contestataire, sceptique et un brin anti-establishment qu’on ne retrouve pas que chez les partisans de Trump.

Musicalement, cette série de trois morceaux tirée de l’album à venir nous confirme que le groupe qui n’avait pas signé de long format depuis 2013 est plutôt en forme et capable de renouer avec le mauvais esprit et l’artisan bringuebalant mi-folk, mi-rock de ses débuts. Les voix sont intactes, les mélodies sont au rendez-vous et il ne manque (pour le moment) qu’une pointe d’énergie et de peps pour qu’on s’y retrouve comme jadis. On reviendra très vite sur l’album au complet.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Malcolm Middleton fait tourner les guitares sur le nouveau Human Don’t Be Angry

Difficile de rendre complètement glamour la sortie du nouvel album des Human...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *