The Fall / Are You Are Missing Winner (Deluxe Edition)
[Cherry Red Records]

8.1 Note de l'auteur
8.1

The Fall - Are You Are Missing WinnerOn est tellement bêtes qu’on a longtemps cru ce qu’on disait/lisait de cet album, le vingt-deuxième enregistrement de The Fall : une vraie merde, enregistrée en quelques jours dans un studio miteux, avec un groupe qui venait d’être assemblé après la démission/le licenciement des anciens membres, produit avec les pieds par un Mark E. Smith en boule, défoncé jusqu’aux orteils et qui n’avait pas un sou vaillant pour payer quoi que ce soit. Un critique de l’époque était allé jusqu’à écrire, à l’écoute du chanteur qui grommelle ici comme jamais, que cet “album sentait la pisse et la retraite.”. Tout un programme. L’histoire de Are You Are Missing Winner repose donc sur un vrai malentendu critique que seules deux décennies de distance (et la mort du protagoniste principal) permettent d’éclaircir. Coincé entre The Unuterrrable (2000), qui pour le coup est vraiment raté mais qui avait été plutôt bien reçu, et The Real New Fall LP en 2003 qui, avant Fall Heads Roll, annonce la renaissance critique (plus que musicale) du groupe, Are You Are Missing Winner a à peu près tout pour déplaire. La pochette est dégueulasse, mal imprimée : c’est une sorte de photocopie rose et étirée de la tronche de Smith et d’Elena Poulou, sa (pas encore) clavier et future femme qu’il venait alors d’emballer. Le son est atroce, brouillon, crado et particulièrement agressif. Le disque met fin de surcroît à une période de quelques années où Smith s’est amusé (perdu) en expérimentations vaguement techno ou électro qui ont donné des résultats contrastés (Levitate est plutôt pas mal) mais clairement négligés par la plupart (The Marshall Suite ou The Ununterrable donc) . A la dérive, privé d’à peu près toute reconnaissance, Smith vend un vieux live, vire son groupe et engage une reconstruction qui prendra quelques disques pour se changer en reconquête puis en triomphe.

Pour ce faire, il lance ce qui lui tient lieu d’équipe organisée autour de Ben Pritchard et Ed Blaney dans un enregistrement éclair qui évolue à la limite du grunge, du jmenfoutisme et du rockabilly. The Fall revient aux sources et Smith, en roue libre au chant, dans l’écriture et aux textes, clame comme dans un état second et enragé son amour du bruit, de la déglingue et du rock américain originel. En 2001, autant dire que The Fall se retrouve à contre-temps. Ces machins là ne sont plus vraiment à la mode depuis la fin du grunge, ce qui explique sûrement le rejet extrêmement sec et définitif qui accompagne la sortie du disque.

A la réécoute, on est paradoxalement impressionnés par ce son, certes corrigé au fil des rééditions des chutes de niveau qui caractérisaient la sortie originale (non masterisée, faute d’argent). Are You Are Missing Winner embarque notamment un certain nombre de reprises qui en disent long sur la généalogie du disque et (diront les esprits chagrins) le désarroi de Smith. The Fall récupère les arrangements du Panther Burns de Tav Falco pour une version assez chouette du Bourgeois Town de Leadbelly. Il fait absolument n’importe quoi du African Man d’Iggy Pop, devenu Ibis Afro-Man qu’il monte (pour un résultat étonnant et déroutant) en superposant plusieurs versions de l’enregistrement avec des cris d’animaux. Sauf à considérer qu’il y a du génie là-dedans, on doit admettre que l’album est autant une œuvre pionnière et pleine de ressources qu’une supercherie. Sur Gotta See Jane, Smith retrouve R. Dean Taylor dont il avait déjà sublimé l’impeccable There Is A Ghost In My House

L’album est un formidable pied de nez aux modes et un immonde bordel que les années ont rendu attachant et finalement presque indispensable à la compréhension de la discographie de The Fall. Kick The Jam est excellent, The Acute une fenêtre ouverte sur ce que deviendra The Fall dans la décennie qui suit et My Ex-Classmates’ Kids, l’une de nos chansons préférées du groupe toutes époques confondues. Le titre rivalise avec The Hollow Man, un presque tube à l’échelle du disque, pour la place de meilleur morceau du disque originel. Ce dernier est étoffé par quelques morceaux bonus dont l’amusant Rude All The Time sur lequel Mark E. Smith marmonne derrière un joli accompagnement de guitare, tandis que le groupe semble parler à l’arrière-plan. Crop-Dust, pompé sur un morceau des Troggs, annonce lui-même ce que The Fall fera dans sa dernière décennie : tenir un riff pendant cinq ou six minutes, pendant que Smith éructe une fois devant, une fois derrière. Pas vraiment passionnant au premier abord, mais tenu avec tant de rigueur et d’abnégation que cela en devient une performance.

La réédition deluxe de Cherry Red Records nous gratifie (dans sa version 4 CDs) de trois lives, enregistrés pour deux d’entre eux (autour d’une setlist très proche) à quelques jours de distance. Le choix est douteux mais l’effet des trois disques confirme que le groupe est à ce moment dans une colère permanente et en train de mener une forme de croisade rock, intense et violente, contre son public, contre le monde entier et vraisemblablement contre lui-même. Ce n’est clairement pas la meilleure période du groupe, la plus sereine et la plus agréable à l’oreille mais c’est un âge où The Fall vient émuler le rock US dans ce qu’il a de plus sauvage, vient défier Gene Vincent à mains nues, bouffer tout cru ceux qui se sont pris pour lui (Pavement et les autres) pour arracher quelques décennies de vie en plus. Ceux qui ont écouté les concerts qui viennent six mois plus tard trouveront un groupe transformé, plus clair dans ses intentions et bien meilleur. En septembre 2002, le reste de la tournée est une tuerie. Pour l’heure, The Fall est un creuset brouillon, une tornade mêlant pulsions suicidaires, agressivité gratuite et attitude punk. Ce disque est celui d’un groupe qui n’a rien de sympathique. C’est aussi ça The Fall, pas juste une curiosité exotique pour bobos attardés, un groupe méchant et inaudible, indomptable et malpoli.

Tracklist
CD1
1. Jim’s “The Fall”
2. Bourgeois Town
3. Crop-Dust
4. My Ex-Classmates’ Kids
5. Kick The Can
6. Gotta See Jane
7. Ibis-Afro Man
8. The Acute
9. Hollow Mind
10. Reprise: Jane / Prof Mick / Ey Bastardo
11. Rude (All The Time) (Acoustic)
12. I Wake Up In The City
13. New Formation Sermon
14. Distilled Mug Art
15. My Ex-Classmates’ Kids (Live, Cologne, 23 October 2001)
16. Where’s The Fuckin Taxi? Cunt

CD2
1. The Joke (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
2. Cyber Insekt (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
3. And Therein (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
4. Bourgeois Town (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
5. Crop-Dust (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
6. Kick The Can / F’oldin Money / Kick The Can, Pt. 2 (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
7. Mr Pharmacist (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
8. Jim’s “The Fall” (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
9. Antidotes (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)
10. Way Round / Dr Buck’s Letter (Live, The Knitting Factory, LA, 14 November 2001)

CD3
1. To Nkroachment: Yarbles / The Joke (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
2. Cyber Insekt (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
3. And Therein (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
4. Antidotes (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
5. Kick The Can / F’oldin Money / Kick The Can (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
6. Bourgeois Town (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
7. Mr Pharmacist (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
8. Enigrammatic Dream / Ketamine Sun (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
9. I Wake Up In The City / My Ex-Classmate’s Kids (Live, The Garage, London, 20 April 2002)
10. Way Round (Live, The Garage, London, 20 April 2002)

CD4
1. To Nkroachment: Yarbles (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
2. 2 Librans (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
3. The Joke (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
4. And Therein (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
5. Cyber Insekt (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
6. I Wake Up In The City / My Ex-Classmate’s Kids (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
7. Kick The Can / F’oldin Money / Kick The Can (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
8. Bourgeois Town (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
9. Mr Pharmacist (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
10. Shake Off / Enigramatic Dream / Ketamine Sun (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)
11. Way Round (Live, ATP, Camber Sands, 28 April 2002)

Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

Plus d'articles de Benjamin Berton
ProleteR / Life Playing Tricks
[Banzaï Lab]
Toulouse est décidément la Mecque française du beatmaking. Dominée sur sa face...
Lire la suite
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *