The Underground Youth ‎/ What Kind Of Dystopian Hellhole Is This ?
[Fuzz Club Records]

7.5 Note de l'auteur
7.5

The Underground Youth - What Kind Of Dystopian Hellhole Is This ?Un disque glissé dans une enveloppe sans la moindre explication : chez Fuzz Club Records, on n’est pas du genre à faire de long discours, à user de superlatifs et aligner les chiffres d’écoute en streaming en guise de caution. De toute façon, on sait à quoi s’attendre avec cette excellente structure, qui s’est lancée dans une série de compilations programmatiques, The Reverb Conspiracy, et qui compte en son écurie, entre autres, The Lucid Dream, The Wands, Dead Skeletons, et donc The Underground Youth.

Si le groupe se présente comme un quatuor sur What Kind Of Dystopian Hellhole Is This ?, il s’agit avant tout du projet Craig Dyer, auteur de pas moins de sept albums ces sept dernières années, plus des singles et une compilation des enregistrements entre 2008 et 2009. Le mancunien est prolixe et l’un des rares (Ty Segall étant hors catégorie) à pouvoir soutenir le rythme d’Anton Newcombe ! D’ailleurs, The Underground Youth partage avec The Brian Jonestown Massacre la même faculté à décliner une formule somme toute circonscrite et limitée tout en échappant à l’effet de répétition. Comme chez BJM aussi, la formule qui, au début, devait beaucoup plus à la posture qu’au réel talent d’écriture, s’affine et se bonifie au fil des albums. Chacune de ses dix nouvelles compositions paraissent vraiment nouvelles, alors qu’elles ne font que ressasser et décliner les préceptes post-punk / new-wave : voix d’outre-tombe, guitares tranchantes, rythmique épileptique, synthétiseurs aigres, le tout noyé sous la réverb’ et l’écho. On oublie même que Your Sweet Love est une reprise (méconnaissable ainsi affublée d’oripeaux gothiques) d’un classique de Lee Hazlewood. L’album enregistré l’été dernier à Berlin ne souffre pas de surpoids : le superflu n’a pas sa place ici. Il s’en dégage une certaine mélancolie poissarde, une colère renfrognée, une frustration mue en carburant. Ce n’est certes pas suffisant pour renouveler le genre ni même introduire la moindre inflexion significative, mais, pour quelques temps au moins, on fera volontiers de cet album parfaitement exécuté et bien inspiré notre ordinaire.

The Underground Youth – Alice

Tracklist
01. Half Poison, Half God
02. Alice
03. You Made It Baby
04. Beast (Anti-War Song)
05. A Dirty Piece of Love For Us To Share
06. Amerika
07. The Outside
08. Persistent Stable Hell
09. Your Sweet Love
10. Incapable Of Love
Écouter The Underground Youth - What Kind Of Dystopian Hellhole Is This ?

Liens
Le groupe sur Facebook
Le site du label
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Girl In Red : notre jeunesse a-t-elle encore un (bel) avenir ?

Un vieil adage, ou plus exactement pour les érudits une citation de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *