10 conseils surréalistes pour continuer à aller au concert sans choper le coronavirus

Femme portant un masque par Ani Kolleshi (Unsplash)Le coronavirus est partout. L’épidémie nous submerge et avec elle l’angoisse de perdre notre vieille tante Sylvette qu’on n’avait pas revue depuis 1991 et qui pourrait bien ne pas fêter ses 100 ans en juin. Est-ce une raison pour ne pas céder à notre occupation favorite : aller voir les groupes qu’on aime en concert ? Se serrer les uns contre les autres, entre quadragénaires à demi-chauves, buveurs de bière dans des salles au système de sécurité incendie suspect ? Fuir les cafés-concerts, les SMACs et autres bars gauchistes pour regarder à nouveau le DVD de Queen à Wembley  ou le biopic d’Elton John ?

Il y a une alternative à l’épidémie et c’est la prudence. Ne pas faire n’importe quoi quand on sort désormais est une question de santé publique mais aussi de vie ou de mort. Sun Burns Out a rassemblé ici 10 conseils pour aller au concert en toute sécurité ou du moins limiter les risques. Aller au concert, c’est aussi soutenir les artistes tricards qui ne font pas Bercy, c’est aider les intermittents du spectacle à se lever à 15h, les patrons de bar qui paient les groupes 50 euros les 2 heures et accessoirement des tas de profs et de fonctionnaires à croire qu’ils ont un destin dans la musique.

Règle n°1 – Aller au concert en solitaire

En période d’épidémie, l’ennemi c’est l’autre, même si on croit le connaître. Il faut absolument renoncer à cette mauvaise habitude qui consiste à aller au concert avec des amis, voire avec sa nana ou son mec. Connaître quelqu’un, c’est accepter qu’il nous touche le bras, qu’il s’approche de nous pour nous parler et nous expose à sa propre contamination. De toute façon, les amis qui viennent avec vous en concert sont souvent des boulets. Ils vous gâchent le plaisir et vous répètent en permanence qu’ils ont préféré le concert d’il y a sept ans, auquel vous n’étiez pas. Aller au concert en solitaire, c’est s’éviter des conversation stupides, l’émission d’avis péremptoires. En solitaire, on décuple ses émotions négatives (la nostalgie, l’imagination, l’angoisse, les pulsions suicidaires) et on a une vraie chance d’apprécier le spectacle.

Règle n°2 – Éviter de manger un sandwich kebab ou une pizza avant le spectacle

Le kebab n’y pensez pas. La pizza encore moins. Ces deux aliments sont gras et, c’est bien connu, constituent un asile tout trouvé pour les virus dormants entre deux contaminations humaines. Le coronavirus y trouve tout ce dont il a besoin pour vivre : de l’eau, des traces d’excréments et des aromates. Le conseil est simple : allez au concert le ventre vide (ça ne vous fera pas de mal) ou, si vous n’y arrivez pas, pensez à vous préparer une petite collation à base de feta et d’huile d’olive (grecque, de préférence) avant de partir. Pendant le spectacle, ne cédez pas à la tentation de vous procurer un jambon beurre ou tout autre aliment qui aurait pu être exposé à une présence humaine. Vous pouvez en revanche vous enfiler quelques pastilles à la menthe de type Fisherman’s Friend qui allègeront l’atmosphère.

Règle n°3  – Se laver les mains (et les oreilles) entre chaque chanson

Bien que non prouvée scientifiquement, cette précaution peut être utile, notamment si vous assistez à un concert de RnB ou de musiques du monde. N’oubliez évidemment pas votre bouteille de 2 litres de gel hydroalcoolique si vous allez voir Madonna ou Nada Surf dans une petite salle. Surtout, il est recommandé de ne pas se laver les mains avec le gel hydroalcoolique mis à disposition par les organisateurs de spectacle. Il paraît que les roadies font pipi dedans. Si vous vous rendez à un concert de Christophe Maé, on vous recommande plutôt d’aller vous laver les mains pendant les chansons.

Précision utile : vous pouvez, une fois de retour chez vous, vous badigeonner ou frictionner la totalité du corps et des appendices avec le gel hydro-alcoolique restant, voire en absorber par voie orale. Ca n’est pas dangereux et ça évite de gâcher.

Règle n°4 – Apporter son propre gobelet pour picoler sainement

On peut concilier écologie et prévention du coronavirus. Les mesures de sécurité ont été assouplies dans les petites salles pour vous permettre d’emmener avec vous, à l’intérieur de la salle, votre mug ou votre gobelet personnalisé. Lorsque vous commandez une bière, dites au serveur que vous avez votre propre gobelet et que vous exigez qu’il vous serve la pression ou le Coca dedans. Veillez évidemment à ce qu’il ne pose pas la main dessus. Possible que le gars fasse la grimace mais c’est un geste qui devrait s’imposer assez vite. Entre deux bières, on vous conseille de fourrer votre mug ou votre gobelet personnelle dans votre culotte ou votre slip, histoire de ne pas l’exposer aux autres spectateurs et à des risques de contamination.

Règle n°5 – S’installer au premier rang contre la rambarde et couvrir ses arrières

Il faut se rendre à l’évidence : il est possible, même si vous n’allez voir que des concerts de rock indé, que vous ne puissiez pas maintenir une distance de sécurité de plus de 2 mètres entre vous et les autres spectateurs. Veillez tout de même à ne pas aller voir des groupes qui seraient susceptibles d’attirer plus de 10 à 15 personnes. Choisissez des scènes provinciales, des concerts qui se déroulent le dimanche ou le lundi soir, si possible des artistes français et peu connus, pour limiter les risques. Néanmoins il faut vous organiser. Pour limiter les contacts, on vous conseille de vous plaquer contre la rambarde à l’avant de la scène en arrivant bien à l’avance mais aussi de couvrir votre dos, vos fesses et votre nuque d’une feuille de papier aluminium ou, à défaut, de vous envelopper dans du cellophane. Vous éviterez ainsi les projections de sueur, de salive ou de sperme par l’arrière.

Règle n°6 – Éviter les chanteurs qui font monter la température

Pour des raisons évidentes, le virus se transmettant par les fluides, les gouttelettes, la sueur, on vous recommande de ne pas aller voir de concerts qui font monter la température. Évitez le funk, le zouk, le reggae, le rap et toutes les musiques dansantes. On recommandera plutôt des groupes slowcore, cold wave, voire gothique ou de variété française ennuyeuse, des concerts classiques de musique minimaliste ou des concerts de bandes originales de films. Fuyez les concerts de jazz avec des cuivres : trompettes, saxos et autres. Dans ces cas, le danger est tout autant dans la salle que sur scène. Évidemment, on ne le dira jamais assez : ne dansez pas. Essayez le plus possible de garder les bras croisés ou le long du corps. N’applaudissez pas et tentez de rester immobiles. Si cela vous démange, autorisez vous un mouvement de haut en bas du pied, battez la mesure mais rien d’autre.

Règle n°7 – N’acheter aucun article au stand de merchandising

Règle élémentaire mais qu’on ne respecte pas toujours dans l’exaltation du spectacle. Évitez l’achat de teeshirts Fruit of The Loom au col qui pend après le premier lavage. Ces articles sont hors de prix et fabriqués en Chine par des porteurs du virus. D’une manière générale, les articles du merchandising sont importés de pays du Tiers Monde, par nature dotés d’infrastructures sanitaires défaillantes. S’agissant de spectacles étrangers, les personnes qui manipulent ces marchandises sont souvent cosmopolites, accompagnent les groupes en tournée et ont donc toutes les chances d’être elles-mêmes contaminantes. En boycottant le merch, vous ferez des économies, rendrez service à l’économie française (achetez vos disques chez le disquaire ou, sur Amazon, où les employés exploités portent des gants et des masques) et n’enrichirez pas les artistes que vous aimez au-delà du raisonnable.

Règle n°8 – Ne pas parler à son voisin, ni à ses amis pendant le concert

On renvoie ici aux motivations de la règle n°1. Sait-on jamais : vous pouvez tomber malgré tout sur des connaissances et avoir la tentation d’échanger quelques mots avec un mec/une nana qui vous plaît ou une personne intéressante. Contre les connaissances, on vous recommande de porter un déguisement afin qu’elles ne vous identifient pas : un masque canard (si vous en trouvez) ou à défaut une moustache postiche. Contre la drague, selon votre capacité à résister au béguin d’un soir, prenez vos dispositions avant le concert mais n’oubliez pas : aucune relation humaine n’est sûre en période d’épidémie.

Règle n°9 – Mettre des talonnettes ou mesurer plus d’un mètre 90

Darwinisme oblige, comme souvent les humains de petite taille sont souvent moins résistants que les autres. Les petits ont plus de chance de mourir du virus mais aussi plus de chance de l’attraper. C’est normal : la densité de postillons et de gouttes contaminantes est plus forte près du sol que dans les hauteurs (les lois de la gravité). On vous recommande ainsi si vous êtes une femme boulotte, par exemple, de porter des talons les plus hauts possibles. Pour les hommes (ou femmes d’ailleurs), des talonnettes vous permettent de gagner entre 12 et 14 centimètres, ce qui vous permettra ainsi de sortir votre tête hors de la masse. Si vous êtes grand naturellement : vous êtes un sacré veinard, mais vous le saviez déjà. Ne faites rien et respirez en mettant le visage à l’horizontale comme si vous étiez sous l’eau et cherchiez de l’air à la surface. C’est une technique qui peut vous sauver la vie.

Règle n°10 : Assister au concert sur Youtube ou Whatsapp

Si vous trouvez tout ceci un peu trop exigeant, il vous reste une alternative. De nos jours, les concerts dignes de ce nom bénéficient quasiment en temps direct d’une retransmission par les fans de la quasi intégralité des morceaux sur Youtube ou Whatsapp. Si vous voulez vous préserver vous pouvez idéalement offrir votre place à un ami que vous chargerez de retransmettre le concert en direct pour votre propre compte, tandis que vous resterez tranquillement assis, seul et peinard, dans votre canapé. Avec de bonnes enceintes et un bon téléphone, cela sera presque aussi bien que d’y être en vrai. Entre les morceaux, vous pourrez vous filmer façon Benjamin Griveaux, en train de regarder le concert sur votre écran et en envoyer quelques pastilles choisies à vos amis. Ajoutez des captations du flux sur Insta pour faire croire à tout le monde que vous y êtes vraiment et l’affaire est dans le sac. La technologie est un formidable allié pour aller au concert sans risquer sa peau.

 

Crédit photo : Ani Kolleshi sur Unsplash

Mots-clés de cet article
,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Vagina Lips annonce un album de quarantaine

Pas encore tout à fait remis de Outsider Forever, sa précédente et...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *