Scratch Massive / Live in Paris
[bORDEL Records]

8.8 Note de l'auteur
8.8

Scratch Massive - Live in ParisC’est officiellement leur troisième disque live après Underground Needs Your Money (en 2008) et Communion (en 2013) mais aussi leur plus abouti. Les Scratch Massive, aka Sébastien Chenut et Maud Geffray, ne se contentent pas sur ce disque d’assurer le service après-vente de leur dernier disque, Garden Of Love, mais en profitent pour construire une expérience dansante et onirique de premier plan.

Enregistré à Paris, entre la Philharmonie et la Gaieté Lyrique, le live est fascinant dans sa capacité à revisiter à peu près toutes les époques musicales du duo, mais aussi impressionnant par sa densité et la continuité du set qu’il propose. L’entrée en matière est particulièrement immersive avec des versions atmosphériques somptueuses de quelques standards du groupe. Last Dance est gothique et magistral, sublimé par les vocaux extraterrestres d’une Maud Geffray, irréelle de sensualité. Les sept minutes du morceau défilent comme dans un rêve, embarquant l’auditeur dans un tunnel lumineux et étroit qui fait penser immanquablement à un glissement progressif dans un Outre-tombe chaleureux et rassurant. Fantome X qui suit accueille quelques bribes de la danse originelle et prolonge l’expérience avec un peu plus de noirceur, matérialisée à mi-morceau par une rythmique plus appuyée et une profondeur de son vertigineuse. La seconde partie de la piste est décidée, incisive et bouleversante, refermant après cinq minutes, un quasi quart d’heure parfait et enivrant. Il faut attendre Soleil Noir pour que Scratch Massive s’ébroue et se rappelle de son propre potentiel tubesque. Soleil Noir fait le premier pas, avant qu’on entre dans l’espace club.

Depuis quelques années (l’âge sûrement), ce Scratch Massive nous parle un peu moins mais il faut reconnaître au duo une force et une intelligence rares dans les bangers qui sont toujours subtils et plus compliqués et exigeants qu’ils n’en ont l’air. Waiting For A Sign est lourd en basse et dur comme du Orbital. Pleine Lune, revenu du passé sur l’album Time, met du temps à se mettre en place, avant d’exploser en une apothéose synth pop qui rappelle l’horror(slow)core de Goblin et de Umberto. La dimension cinématographique du groupe donne une majesté permanente et évidente à ces plages ambitieuses et aux allures quasi symphoniques. Le public du groupe s’est bâti année après année dans ce mélange presque inédit des publics, capables d’apprécier à la fois une chanson spectrale et fantomatique comme Dancer In The Dark, de dérouler l’expérience sacrée et stromboscopique d’un Pray à la limite de l’ambient puis de s’enflammer sur le Kraftwerkien Chute Libre.

Scratch Massive live par Jakob Khrist

Scratch Massive live par Jakob Khrist

L’expérience électronique donnée par le groupe est totale en ce qu’elle ne s’embarrasse pas d’œuvrer dans un genre ou un fil musical. Cela ne veut pas dire que le duo passe du coq à l’âne comme le font beaucoup de groupes aujourd’hui. On sent chez eux une volonté de nouer les époques et les tracks les unes aux autres, de les jouer en séquence en bâtissant avec rigueur et inspiration un parcours cohérent et harmonieux. Numero 6 est magnifique et sert de pont à un Closer qui lui-même s’abîme dans un Sunken délicat et qui est peut-être la plage la plus aboutie du disque. Scratch Massive y concentre son mélange d’efficacité dansante et d’onirisme, ce don inné pour envelopper l’auditeur et le propulser dans un ailleurs éthéré, aérien et empli de bienveillance. A l’écoute, on se dit que c’est là qu’on veut être à jamais, dans la chaleur quasi pré-utérine de la plage, la noyade abusée et amoureuse chantée par Maud Geffray, la sensualité adolescente proposée par le son.

Lorsque retentit le final attendu, Girls On Top, Scratch Massive retrouve sa composante hédoniste, quelque peu étouffée sur le disque, et nous renvoie à nos rêves dorés d’une plage de sable fin baignée de soleil et de poitrines vertigineuses. Los Angeles où vit Sébastien Chenut est à portée, loin du Paris qui a dominé nettement le disque par sa mélancolie et le poids de son histoire.

Tracklist
01. Last Dance
02. Fantome X
03. Soleil Noir
04. Waiting For A Sign
05. Pleine Lune
06. Dancer In The Dark
07. Pray
08. Event Horizon
09. Chute Libre
10. Numero 6
11. Closer
12. Sunken
13. Paris
14. Girls on Top
15. Girls On Top Numero 6 Skinnerbox vs SM
Écouter Scratch Massive - Live in Paris

Lien
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Mark Gardener célèbre ses années parisiennes sur Chained

C’est un joli cadeau de confinement (l’Angleterre y est toujours) qu’offre Mark...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *