Bear’s Den / Red Earth & Pouring Rain
[Communion Records / Caroline]

7 Note de l'auteur
7

Bear's Den - Red Earth & Pouring RainAlors qu’on n’avait pas fait grand cas du premier album de Bear’s Den (Islands sur Communion Records, 2014) quand bien même le groupe rencontrait un certain succès Outre-Manche, Red Earth & Pouring Rain profite de la torpeur estival pour dévoiler la mue opérée par le groupe.

Réduit au duo Andrew Davie – Kev Jones (le guitariste Joey Haynes a quitté le groupe, usé par les longues tournées), Bear’s Den a succombé à la fée électricité et, forcément, ses compositions boisées s’en trouvent métamorphosées. Les Britanniques ont troqué leurs oripeaux folk contre une ferveur poisseuse qui sublime leurs chansons, qui comme sur leur premier effort, sont très bien écrites. En laissant désormais une large place aux parties instrumentales, le chant habité de Davie est significativement mis en valeur.

L’incandescent Emeralds, avec ces plans de guitares virtuoses, et Auld Wives aux accents 80’s (youhou, The Simple Minds êtes vous là ?!) s’imposent ainsi comme les singles évidents de ce disque long en bouche et affiche une heure pleine au chronomètre. Si le groupe se réfère au Boss Springsteen ouvertement, on peut aussi ranger Red Earth & Pouring Rain aux côtés des disques de leurs contemporains The Mary Onettes et Shout Out Louds qui recyclent (avec la même sincérité et un indéniable savoir-faire) le même héritage musical. On peut même ponctuellement, comme avec New Jerusalem, citer The National, pour appâter le chaland.

C’est mélancolique à souhait, pour ne pas dire fleur bleue, mais les confessions poétiques d’Andrew Davie sont bouleversantes. Le groupe a imaginé ce disque, comme l’explicite le visuel, comme une bande son à écouter de nuit en filant droit devant, mais les yeux fixés dans le rétroviseur de la voiture : « une idée de mouvement contraire ». Si tant est que vous appréciez un tant soit peu les chansons à fleur de peau, les mélodies rétrofuturistes à fredonner avec la gorge serrée en ressassant des histoires qui auraient mérité de meilleure fin, vous pleurerez en écoutant cette terrible déclaration d’amour posthume qu’est Roses On A Breeze, vous appuierez à n’en pas douter sur la touche « repeat » après Napoléon qui clôture le disque sur une note bleu cuivrée. De toute façon, la nuit est encore longue, on peut encore rouler des heures durant avec Bear’s Den.

Bear’s Den – Gabriel

Bear’s Den – Making Of Red Earth & Pouring Rain (part 1)

Bear’s Den – Making Of Red Earth & Pouring Rain (part 2)


Tracklist
01. Red Earth & Pouring Rain
02. Emeralds
03. Dew On The Vine
04. Roses On A Breeze
05. New Jerusalem
06. Love Can’t Stand Alone
07. Auld Wives
08. Greenwoods Bethlehem
09. Broken Parable
10. Fortress
11. Gabriel
12. Napoleon
Écouter Bear's Den / Red Earth & Pouring Rain

Liens
Ecrit par
Ecrits aussi par Denis

Girl In Red : notre jeunesse a-t-elle encore un (bel) avenir ?

Un vieil adage, ou plus exactement pour les érudits une citation de...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *