Benjamin Wallfisch / The Flash Original Motion Picture Soundtrack
[Water Tower Music / Warner]

7.3 Note de l'auteur
7.3

Benjamin Wallfisch - The Flash Original Motion Picture SoundtrackOn le disait il y a deux ans : le Britannique Benjamin Wallfisch a tout pour s’imposer comme l’un des meilleurs artisans de la BO de blockbuster. On avait parlé alors de son travail plutôt réussi sur la franchise catastrophe Mortal Kombat, mentionnant rapidement comment l’artiste avait fait ses gammes sur Shazam ou Ca. Tout le monde est tombé sur le dos de The Flash, film réalisé par Andy Muschietti (Ca justement), dont la facture esthétique était effectivement assez épouvantable. Dommage sans doute car le traitement scénaristique n’avait pas peur de se confronter à une certaine complexité et s’amusait plutôt bien des débilités passionnantes inhérentes à la notion de multivers. En serpentant entre une certaine exigence narrative et un univers de pop-corn pour ados, sans doute la tâche était-elle trop ardue et les chances ténues de faire un bon film. Muschietti aura évité la chose d’assez peu, proposant un divertissement globalement laid mais valeureux et plutôt divertissant malgré tout. A n’en pas douter est-ce que d’ici cinq ou six ans, les critiques réviseront leur jugement et loueront (peut-être) les qualités de l’ensemble…comme ils l’ont fait par le passé pour Batman vs Superman ou d’autres épisodes de franchise.

En attendant ce jour-là, on doit saluer dans ce simili-naufrage la belle BO servie par Wallfisch. Ce n’est pas dans tous les films de ce genre qu’on peut apprécier des plages aussi bien bâties que le splendide Nora à côté d’épisodes guerriers et épiques étincelants comme l’est, par exemple, Sounds About Right Bruce. Ces dernières quatre minutes et seize secondes sont exceptionnelles de puissance et de frontalité brutale. Voilà ce que doivent faire les super-héros, en mettre plein la vue mais ne pas faire mal aux oreilles, épater la galerie, ne JAMAIS ressembler au commun des mortels mais ne pas nous faire ressentir de manière trop évidente notre infériorité génétique. L’une des grandes qualités de cette BO est de bien négocier le mouvement de balancier entre les scènes d’action wagnériennes, les pièces de transition (écoutez l’excellent Today’s The Day pour vous faire une idée de la minutie et du talent de Wallfisch) et les moments d’intimité et d’introspection.

Là où souvent les images n’arrivent pas à passer de l’une à l’autre sans se couvrir de ridicule, la musique a bien évidemment plus de facilité à alterner les tempos et les ambiances. Mais Wallfisch, comme à son habitude, réussit à offrir de la nuance au sein même de chaque composition ce qui avec des plages qui dépassent rarement les quatre minutes est une belle prouesse. On adore ainsi comment il s’amuse sur Phasing à moduler les niveaux sonores en moins de deux minutes, puis comment il distille du mystère ET de l’action sur l’impeccable Escape From The Lab qui suit. Le style du compositeur permet (encore une fois bien mieux que ne le fait le film lui-même) de se faire une idée de ce que l’image aurait pu donner : raconter un personnage qui oscille entre le sérieux et la solennité du costume (The Flash, le super-héros) et la désinvolture de son âge (l’humour, etc). Déjà entraîné à couvrir sur Shazam, ce genre de grand écart, Wallfish améliore encore le rendu pour proposer une équilibre tout à fait judicieux entre la grande aventure, le mystère façon polar (Zod) et les véritables bêtises super-héroïques (I Am Batman).

La BO est interminable (1H23) mais passionnante et vraiment agréable à écouter et réécouter. Le travail sur les cordes est intelligent (Baby Shower en vivacité et en mode anti-héroïque), ultradynamique pour suggérer le mouvement (Run) avec le renfort d’un piano qui galope à toute allure ou encore tendrement sombre sur le judicieux Not This Time Kid. Le compositeur abuse peut-être comme le faisait Danny Elfman  des arrivées tonitruantes de cuivres, artifice qui est le marqueur n°1 du genre et le tic le plus partagé de l’univers Marvel/DC, mais c’est le seul reproche qu’on lui fera avec, peut-être, celui de ne pas avoir pu dégager de toute cette BO un seul thème marquant capable d’accompagner le personnage. C’est en effet la lacune d’un tel travail de ne pas proposer, comme le faisaient les grands compositeurs du passé, un thème qu’on retrouverait de long en long et qui survivrait au film lui-même. Wallfisch s’amuse bien du thème d’Elfman justement quand apparaît le Chevalier Noir mais par delà le clin d’oeil, c’est tout ce qu’on trouvera en guise de motif suivi.

A côté de ça, l’entrée de Supergirl est impeccable et on sent une vraie détermination dans la caractérisation des personnages et des situations. (You’re My Hero). Avec Worlds Collide, Wallfisch fait une vraie tentative d’unifier un score qui est quand même victime de la faiblesse idéologique de son sujet : que veut dire The Flash ? A quel genre appartient-il ? Quelle émotion veut-il dégager ? Wallfisch a beau être costaud, il ne peut pas faire dire des choses par la musique que le film ne lui suggère pas. Du coup, on sent la dispersion et le manque de focus, un défaut de plus qui nous empêche de crier au génie et ne permet pas à la musique de constituer un tout vraiment signifiant. Worlds Collide tente bien de broder un thème à six ou sept notes qui est redonné un peu plus tard mais ce n’est pas assez pour imprimer durablement l’oreille de l’auditeur.

A défaut de marquer les esprits, la balade est agréable, variée et virtuose. Elle démontre qu’on a beau avoir l’un des meilleurs compositeurs du monde, une bande son a toujours besoin d’un film à servir pour passer au niveau supérieur. Sans ça, elle est condamnée à être juste bonne et prometteuse, pas à l’éternité.

Tracklist
01. Are You Actively Eating That Candy Bar?
02. Sounds About Right, Bruce
03. Collapsing East Wing
04. Baby Shower
05. Nora
06. Run
07. Not This Time, Kid
08. Can of Tomatoes
09. See You Soon
10. Please Work
11. Today’s the Day
12. Phasing
13. Escape from the Lab
14. Zod
15. What Is This Place?
16. Spaghetti
17. Into the Batcave
18. I Loved You First
19. Fate
20. I Am Batman
21. Batdoneon
22. Kal-El?
23. Escape from Siberia
24. Now We Try Not to Die
25. Supergirl
26. Want Some Help?
27. I Gave You a Warning
28. What Could Go Wrong?
29. Let’s Get Electrocuted
30. I’ve Got You
31. You Wanna Get Nuts?
32. Let’s Get Nuts
33. Cyclonic Diversion
34. I’m Not Going Alone
35. We Can Fix This
36. Inevitable Intersection
37. We Can Save Her
38. The Dark Flash
39. Worlds Collide (Superman Version)
40. You’re My Hero
41. Into the Singularity
42. Call Me
43. Worlds Collide
Écouter Benjamin Wallfisch - The Flash

Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Les voyages de CloZee : un bon plan(e) pour l’été
La jeune beatmaker toulousaine CloZee a sorti au premier semestre un nouvel...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *