Cash Misère : Swift Guad et Al’Tarba dépriment (acte II)

Swift Guad - Al'tarbaÇa se confirme avec ce deuxième extrait de l’album Musique Classique qui devrait être l’un des plus attendus du début 2020 : Swift Guad nage en pleine déprime et porte un regard de plus en plus noir et sombre sur la vie qu’on mène et ce qui nous attend. Sur un beat précis et orientalisant d’Al’Tarba, moins lourd et démonstratif que d’ordinaire, le rappeur de Montreuil, en grande forme, aligne un texte sans aucune once d’espoir qui en dit long sur la misère ambiante, la vie des Français moyens, les (maigres) espérances de sa génération et son peu d’illusions quant au domaine du rap dans lequel il évolue.

Alors que le précédent single, Musique Classique, donnait encore une occasion grâce à ses références cinématographiques d’amuser et de divertir, ce Cash Misère sonne comme un terrible aveu d’impuissance et un constat d’amertume redoutable et radical. « Des gens haineux qui prennent ta maille et t’regardent jamais dans les yeux, qui t’emmènent faire une belle balade pour attendrir ta viande nerveuse« / « Ça prend du plaisir par le cul, ça prend de la violence par les yeux » Quelques jolis vers donnent à cette rengaine sans refrain véritable ni rythmique forte un caractère poétique qui vient relever la grisaille du morceau.

Plus expérimental qu’il n’en a l’air, le titre semble renoncer aux effets superflus pour créer une forme de tunnel arythmique où se déploie la lamentation de Swift Guad. Rien ne vient secouer ou agiter la surface de la plainte qui s’égrène ainsi sur plus de trois minutes, relevées simplement par les relances de couplets et des ponts enfumés. Ceux qui attendaient des morceaux explosifs de la part du duo magique devront encore patienter un peu mais il y a ici un potentiel de ras-le-bol, une violence latente et une frustration qui ne demandent qu’à s’exprimer et pourraient être annonciateurs d’un album monumental. Une chose est sûre, c’est que Musique Classique pourrait ne pas  caresser le public dans le sens du poil et s’avérer plus exigeant que ce que les gens attendaient.

Ecrits aussi par Benjamin Berton

Pam Risourié avec une pointe de tendresse

Il fut un temps où on appelait ça les groupes Cajoline du...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *