ChiPs taPe vol 3 (10 ans 2011-2021)
[Petrol Chips]

8.4 Note de l'auteur
8.4

ChiPs taPe vol 3 - Petrol ChipsOn a depuis quelques années maintenant une attention et une tendresse toute particulières pour les diverses parutions du label Petrol Chips de Ray Bornéo. Véritable tête chercheuse des musiques contemporaines, Petrol Chips explore une palette musicale assez large qui va du rap/hip-hop à l’électro punk en passant, bien sûr, par la pop tout court et l’electro. L’unité du catalogue ne repose que sur le talent des artistes qui émargent ici et sur leur appartenance à une galaxie indépendante et souterraine qui les condamne, malgré nos efforts, à rester éternellement des secrets bien gardés.

Ce volume 3 des aventures du label (on ne peut que recommander les précédentes compilations) reprend 10 ans de création, piochant sans véritable idée de manœuvre, dans les dizaines d’albums, eps sortis ces dernières années. On y retrouve ainsi les tauliers du label et artistes qu’on suit et honore habituellement : les Gontard (peut-être le porte étendard et le plus connu du lot désormais), Poupard (avec un Make Up délicieusement atroce), Olivier Depardon bien sûr (et son Retour en enfer impeccable), la toujours juste ZEL à l’ouverture avec le superbe Sea et bien entendu les groupes et productions du production himself sous son propre nom ou avec l’impeccable déclinaison Tara King TH (avec Halasan Bazar pour un grave et solennellement magnifique Rot Inside ou seul) ou encore Vestale Vestale.

On avait négligé jusqu’ici, et à tort, Bee Tricks dont la chanson est belle et profonde comme la rencontre de Low et du Velvet, misant tout ou presque sur un Bleu Russe, repris ici en duo avec Rouge Renarde, pour son gluant et pornographique Arôme Cyprine, qui trouve un écho érotique chez le Emmanuelle de Lomostatic. Avec ses 21 titres, la compilation réussit un quasi sans faute, envoyant dans les dents de la concurrence la radicalité rap de l’Envoûtante, signer sa déclaration d’indépendance. Petrol Chips est un label où la langue française nous irradie et nous fascine, où elle se déclame et se chante avec la colère au ventre et parfois la bave aux lèvres. Il y a dans le minimalisme crachouillant des productions, l’impureté des arrangements et le déséquilibre volontaire des productions, une esthétique qui se dévoile, pas tout à fait lo-fi mais éprise de clandestinité et enchantée de faire ce pas de côté permanent depuis le mainstream qui l’enrichit mais ne la prive jamais d’une sorte d’évidence pop, séduisante et gouleyante. Et puis il n’y en a pas beaucoup qui tentent des choses aussi belles que ce morceau de Ray Borneo et Gilia Girasole. Les titres sont référencés, élégants et taillés pour le succès. Beaucoup paieraient pour signer un morceau aussi bon et décisif, fringant et sec comme Arrogant Doll. On n’a pas encore parlé de Jean-Michel Jarret et c’est tant pis. Il faut juste aller écouter tout ça et s’en délecter.

Cette compilation est LE disque idéal pour descendre sur la Côte en bagnole de location ou pour foncer avec la Polo décapotable dans la campagne touffue.

Tracklist
01. ZEL – Sea
02. Gontard – Noyé
03. Poupard – Make Up
04. Jean-Michel Jarret – Stick for Ugly Men
05. Tara King Th – Charming Lunacy (feat Lynhood)
06. Ray Borneo – Module #1
07. Tara King Th & Halasan Bazar – Rot inside
08. Bee Tricks – Huge Blazing Colored
09. Olivier Depardon – Un retour en enfer
10. Gontard – Chanteur de Variétés
11. Vestale Vestale & Ray Bornéo – Amour Chevalin
12. Gilia Girasole & Ray Bornéo – Il pianto della scavatrice
13. Tara King Th – L’Enquête
14. Bleu Russe – Arôme Cyprine (feat Rouge Renarde)
15. Ray Bornéo & The Bystanders – James James
16. L’envoûtante – Périphérie fait pas rire
17. Lomostatic – Rêveries
18. Tara King Th – L’horloge revient toujours à zéro
19. Tara King Th – Arrogant Doll
20. Lomostatic – Emmanuelle
21. 8 (Brisa Roche & Ray Borneo) – I Do Wrong
Liens
close
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Night Beats donne un coup de fouet au blues US
On ne peut pas avoir des oreilles partout et c’est bien dommage....
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.