Coffees and Cigarettes / Roller Coaster
[Steampunk Fantasy Record]

8 Note de l'auteur
8

Coffees and Cigarettes - Roller CoasterAvec le temps qui passe, Renaud Druel, le leader du groupe Coffees and Cigarettes, éclaircit de plus en plus son projet. Le deuxième album du groupe, Freak Show, était bouillant et par moment saturé de références qui laissent cette fois-ci la place à un dispositif plus lisible et proche de l’homme : un album de chansons divergentes, presque intimistes, qui se dégagent peu à peu de l’univers fictif dans lequel évoluait jusqu’alors la musique du groupe, pour parler de la vie de tous les jours et des tourments/espoirs de l’époque mais surtout de la fin de l’enfance et des peurs associées au passage à l’âge adulte.

Tout en conservant cette capacité à mettre les sons en ébullition, à passer du format chanson au format hip-hop, à naviguer avec justesse et un naturel remarquable entre les genres, Druel signe un disque magnifiquement nommé Roller Coaster (Steampunk Fantasy Record) qui offre non seulement une formidable variété mais procure des moments d’émotion très touchants. Le projet est d’autant plus intéressant qu’il explore un territoire relativement peu abordé par les musiciens français, quelque part entre les slammeurs de premier plan et l’esprit d’escalier et parfois joueur des Ugly Duckling ou Fingathing. L’ouverture Intropode est plus dark et plombante que ce qui va suivre, même si le ton d’ensemble est souvent nostalgique et quelque peu désabusé, servi par des arrangements à base de cordes qui confère une majesté discrète et des accents cinématographiques au tout.

J’Flippe symbolise à merveille cette transformation. On est ici plus près de Experience ou de Fauve que de Grand Corps Malade. Druel évoque ses angoisses, l’insuccès, le fardeau de la vie au jour le jour et la peur de vieillir. L’album est soigné, homogène, bienveillant. Entre l’instru Colline de Jeux et le superbe Syndrome de Peter Pan (le plus beau morceau du disque), Druel ressemble à un grand adolescent qui tente de freiner le temps et ses ravages. La production (le chœur de gosses, les cordes) est une vraie réussite sur ce titre et confère à l’ensemble une magie irrésistible. On est un peu moins convaincus par le Y’a quelqu’un de transition mais le disque rebondit de belle manière avec le chouette Croquemitaine.

Roller Coaster manque parfois un peu de punch et de variété dans le flow (la voix de Druel aka MC Jesse) pour s’imposer dans le registre dark hip-hop. C’KOA sonne comme du Smokey Joe and The Kid d’occasion, revendiquant son inscription dans un genre autoproclamé de steam punk fantasy. Il y a un peu moins de force sur le dernier tiers avec un Coselofo surjoué et des textes moins marquants. Cela n’empêche pas Druel de sortir de sa besace quelques belles pièces comme l’Arthropode ou l’expérimental 02/01/19, sorte de sound footage fascinant et tombé du camion. Il y a chez Coffees and Cigarettes une constante volonté d’aller de l’avant et de fusionner les démarches. Emmène-moi est radical et sec comme un coup de barre de fer. Dans un registre assez classique dans le hip-hop (la chanson dédiée à sa maman), CC réussit une chanson qui émeut aux larmes et constitue, après le Syndrome de Peter Pan, et sur quasiment le même thème, le second sommet du disque. Autant dire qu’après ça, le final Roller Coaster parvient assez mal à alléger l’atmosphère, malgré un entrain et une vivacité virtuoses.

Roller Coaster sonne au final comme un vrai grand disque de rap/chanson à la française, le digne héritier d’un MC Solaar qui aurait transposé sa désinvolture et son spleen dans un univers plus rock et slam pop où Michel Cloup et Arnaud Michniak marcheraient main dans la main et seraient privés de guitares. Il y a dans ce Roller Coaster une modernité formelle en marche qui fait écho aux travaux plus hermétiques des Gelatine Turner, une voie française qui ferait son chemin entre l’électro hip-hop et la chanson, mêlant une musique pop et des lyrics millimétrés. C’est à la fois bien et encore déconcertant.

Tracklist
01. Intropode
02. Coffees alchimie
03. J’flippe
04. Colline de jeux
05. Le Syndrome de Peter Pan
06. Y’a Quelqu’un
07. Croquemitaine
08. C’KOA
09. Coselofo
10. L’Arthropode
11. Journal de Bord
12. 01/01/19
13. Emmène-moi
14. Roller Coaster
Écouter Coffees and Cigarettes - Roller Coaster

Liens
Recevez chaque vendredi à 18h un résumé de tous les articles publiés dans la semaine.

En vous abonnant vous acceptez notre Politique de confidentialité.

More from Benjamin Berton
Le nouveau single de Mogwai est (trop) Boltfor
C’est juste un single « comme ça », balancé à l’unité en éclaireur d’une...
Lire la suite
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *