Darwin Deez : tête à claques vs tube de l’été

Darwin DeezDarwin Deez fait partie de ces plaisirs coupables qui divisent la planète indé. La musique du new-yorkais s’écoute à fond, dans la voiture, fenêtres ouvertes sur la route des vacances, en reprenant très fort et très mal les couplets à tue-tête. Mais quel enfoiré ! Quelle efficacité ! Pour la ligne dure des amateurs d’indé, ce type pèse à peu près autant de quolibets qu’un Muse ou qu’un Kanye West en apesanteur : sa musique est la plus addictive et la plus salope de la planète. Son précédent album, sorti en 2013, Songs for Imaginative People, était une tuerie et une sorte de manifeste hipster : son titre, ses choeurs et surtout ses clips qui figurent parmi les plus coooool (avec 12 « o ») de la planète sont irrésistibles mais ont aussi des faux airs de facilité, des allures de publicités ambulantes et des refrains si catchy qu’on flaire l’arnaque et le savoir-faire à chaque changement de rythme. En clair, Darwin Deez, qui a aussi fait « You Can’t Be My Girl« , un tube underground époustouflant, navigue en permanence entre une (grande) surface commerciale et une orfèvrerie pop de génie digne d’un mini-Prince 3.0, mélangeant le rap, le rock à guitares et le Do It Yourself. Mais on aime le détester et faire le petit fou sous la couette en regardant sa fine moustache se jouer de nous dans ses vidéos à grand spectacle.

La bonne/mauvaise nouvelle, c’est que Darwin, mi-rapper, mi-prince pop, revient en septembre avec un nouvel album, baptisé Double Down. Elevé par des parents disciples de Meher Baba (un gourou indien allumé du bocal), Darwin Deez y prend le contrôle de son Karma, étudie la thématique spirituelle du « Love is War » et assume l’intégralité des rôles. Il compose, joue de tous les instruments, produit, mixe, chante bien sûr. Ce type-là a l’ambition de faire les Beatles à lui tout seul et les Beach Boys avec sa seule main droite. Le problème est qu’il y arrive presque. Le premier single tiré de ce nouvel album s’appelle « Kill Your Attitude » et est quand même sacrément bien fichu. Lancé en plein été, il n’est pas exclu qu’il fasse un malheur sur la toile et ailleurs, révélant au monde l’immense génie de cette tête à claques interplanétaire.

On vous aura prévenu, si vous écoutez Darwin Deez, vous risquez de l’aimer très fort et ce sera bien fait pour vous.

Tracklist
01. Last Cigarette
02. The Mess She Made
03. Lover
04. Time Machine
05. Bag Of Tricks
06. Rated R
07. Melange Mining Co.
08. Kill Your Attitude
09. The Other Side
10. Right When It Rains
11. The Missing I Wanna Do
Lien
Mots-clés de cet article
, ,
Ecrits aussi par Benjamin Berton

Morrissey / California Son
[Etienne / BMG Recordings]

Après un Low in High School inégal mais estimable, on attendait avec...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *